Lavrov : l’Occident ne sort pas de l'«inertie de la campagne antirusse lancée sous Obama»

Lavrov : l’Occident ne sort pas de l'«inertie de la campagne antirusse lancée sous Obama» Source: Sputnik

Selon le ministre russe des Affaires étrangères les accusations portées par Emmanuel Macron, le 29 mai contre l’éthique journalistique de RT et de Sputnik, sont privées de base factuelle.

«Je pense que dans les jugements [du président Macron] se reflète l’inertie bien connue de la campagne anti-russe lancée sous l'administration Obama et qui s’est répandue à toute un groupe de pays occidentaux, y compris en Europe, et de laquelle nos partenaires occidentaux n'arrivent pas à sortir. En outre, il n’y a aucun fait [avéré venant étayer ces accusations]», a déclaré Sergueï Lavrov lors d'une conférence de presse au ministère des Affaires étrangères russe à Moscou le 30 mai. Il répondait à un journaliste lui demandant de commenter la situation autour Sputnik et RT, accusées de propager des «contre-vérités infamantes» lors de la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron.

«Soit dit en passant au sujet de Sputnik et RT, si je ne me trompe pas, il n’y a pas longtemps, une structure britannique, Ofcom, s’est penchée sur de semblables accusations. Selon ses propres estimations, aucune violation de l’éthique journalistique n'a été attestée. Je me contente de répéter le point de vue d’une structure reconnue indépendante et dotée de l’expertise nécessaire dans le domaine», a-t-il poursuivi, lors de sa réponse à une question sur les propos du président de la République française qui avait accusé RT et Sputnik d’être «des organes d'influence et de propagande».

Le 29 mai, alors que les deux chefs d’Etat tenaient une conférence de presse commune à Versailles, Xenia Fedorova, présidente de RT France, a interpellé le locataire de l’Elysée sur le refus de ses équipes de laisser des journalistes de RT accéder à son QG de campagne, au soir des premier et second tours de l'élection présidentielle

«La totalité des journalistes étrangers, y compris russes, ont eu accès à ma campagne», a rétorqué le président français, avant de préciser : «Et à cela je ne céderai rien. Russia Today et Sputnik ne se sont pas comportés comme des organes de presse et des journalistes, mais ils se sont comportés comme des organes d'influence, de propagande, et de propagande mensongère, ni plus ni moins», a-t-il poursuivi.

Face à cette nouvelle accusation contre RT, Xenia Fedorova a tenu à donner son point de vue : «Nous sommes très déçus par cette réponse. Nous ne nous attendions pas à ce que le président Macron continue de proférer ces accusations. Nos journalistes ont souffert de certaines pressions de la part de son équipe de campagne et pas une seule fois on ne nous a donné ne serait-ce qu’un exemple de la manière dont RT et RT France en particulier auraient agi afin de saboter sciemment sa campagne. De plus, le site de RT France est facilement accessible à tous et n’importe qui peut vérifier qu’aucun des articles qui traitent d’Emmanuel Macron ne peut permettre de dire que nous faisons de la propagande.»

Quant à Margarita Simonyan, rédactrice en chef de RT, elle a également rappelé qu’aucune preuve n’avait été fournie afin d’étayer ces accusations de propagande : «Il est très décevant que ce qui avait commencé comme une rencontre productive entre deux chefs d'Etat se soit transformée en une nouvelle occasion pour le président Macron de proférer des accusations sans fondement contre RT. Il se trouve que, malgré les nombreuses invectives adressées durant la campagne présidentielle, jusqu’à aujourd’hui, pas un seul exemple, pas une seule preuve que RT ait diffusé des fausses informations à propos d’Emmanuel Macron n’a été présentée. Ni par son équipe, ni par les grands médias qui ont aveuglément diffusé les accusations de l’équipe d’Emmanuel Macron contre RT. Le tout sans questionnement aucun et sans prendre la peine de vérifier ces attaques. En qualifiant de fausse information toute information avec laquelle il ne se montre pas d’accord, le président Macron pose les bases d’un dangereux précédent qui menace à la fois la liberté d’expression et le journalisme dans son ensemble.»

De son côté, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré que Moscou n'était «pas d'accord» avec les déclarations concernant RT et de Sputnik.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.