Le Pentagone : la Russie et Daesh déclarés comme les plus grandes menaces pour les Etats-Unis

Le Pentagone© Jason Reed Source: Reuters
Le Pentagone

Le Pentagone a placé la Russie au niveau de l’Etat Islamique dans son nouveau document de Stratégie militaire nationale où Washington a énuméré les plus grandes menaces à la sécurité internationale.

Le Pentagone a publié la dernière mise à jour de la Stratégie militaire nationale, la première depuis 2011. Le document indique que les Etats-Unis peuvent recourir à la force non seulement pour protéger leurs propres intérêts, mais aussi pour contrer ceux qui lancent un défi au droit international. Selon le Pentagone, ces derniers sont «des états révisionnistes» tels que la Russie, l’Iran, la Chine, la Corée du Nord et les organisations extrémistes, telles que l’Etat Islamique.

«Aucun de ces pays ne chercheraient un conflit militaire direct avec les Etats-Unis ou ses alliés. Néanmoins, chacun d’entre eux menace la sécurité internationale», lit-on dans le texte.

Le Pentagone accuse aussi la Russie de «ne pas respecter pas la souveraineté de ses voisins». «Les militaires russes minent la sécurité régionale», affirme le ministère américain de la Défense.

La réaction de Moscou ne s’est pas faite attendre.  Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a regretté le contenu du document américain. Selon lui, le texte du Pentagone «témoigne d'une attitude de confrontation, dénuée d'objectivité envers notre pays». Il a ajouté que cela n’améliorerait pas les relations russo-américaines.

Ce n’est pas la première fois que les Etats-Unis mettent au même niveau la Russie et les terroristes. Ainsi, en septembre dernier, le président américain Barack Obama a déclaré devant l'Assemblée générale de l'Onu : «L'agression russe en Europe rappelle une époque où les grandes nations piétinaient les petites pour poursuivre des ambitions territoriales. La brutalité des terroristes en Syrie et en Irak nous force à regarder au cœur des ténèbres».

Mais alors que le Pentagone place la Russie au même niveau que l’Etat Islamique, les Etats-Unis font plus attention au choix de leurs mots sur la Chine. Selon la correspondante de RT Gayané Tchitchakyan la cause en est les relations économiques entre ces deux pays. Le document du Pentagone indique : «Nous soutenons la progression de la Chine et l’encourageons à devenir un partenaire pour plus de la sécurité internationale. Cependant, les actions chinoises augmentent les tensions dans la région Asie pacifique».

Le texte ajoute que «la probabilité de la participation américaine à une guerre entre états avec les grandes puissances est faible, mais en augmentation».


Une question rhétorique se pose. «Si quelqu’un viole le droit international d'un point de vue américain, les Etats-Unis peuvent le définir comme une menace à sa sécurité et prendre des mesures unilatérales. Mais si ce sont les Etats-Unis qui violent le droit international ? Qui doit prendre des mesures dans ce cas-là ? Le document ne donne pas de réponse à ces questions, s'étonne Gayané Tchitchakyan.

Il faut rappeler que les Etats-Unis ont participé à des conflits partout dans le monde au cours des dernières décennies. Ainsi, en 1999, Washington a effectué des frappes aériennes contre la Serbie, qui ont fait presque 500 morts, sans l'autorisation du Conseil de sécurité de l’ONU. Les Nations Unies n’avaient également pas autorisé l’invasion de l'Irak. Les frappes aériennes actuelles en Syrie sont un autre exemple des actions réalisées sans approbation internationale. Par ailleurs, des drones américains ont violé la loi à plusieurs reprises en Pakistan, en Afghanistan et au Yémen.

Le directeur de la coalition contre la guerre ANSWER Brian Becker estime dans une interview accordée à RT que les ambitions globales des Etats-Unis sont sur un terrain glissant. «Les Etats-Unis comprennent que leur rêve d'un monde unipolaire s’est transformé en un objectif impossible. La Russie se redresse et défend ses propres intérêts. La Chine connaît une croissance importante. Les Etats-Unis voient bien que la Russie, la Chine, l’Iran et d’autres pays tels que l’Afrique du Sud, le Brésil ou encore l’Inde ne veulent pas être des victimes des Etats-Unis. Ils les qualifient donc de menace pour poursuivre leur fantasme de domination unipolaire », conclut Brian Becker.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales