Poutine s'exprime sur la cyberattaque et pointe du doigt les services de renseignement américains

Poutine s'exprime sur la cyberattaque et pointe du doigt les services de renseignement américains© Mark Schiefelbein Source: Reuters
Le président russe, Vladimir Poutine

Au cours d'une conférence de presse à Pékin, le président russe Vladimir Poutine a déclaré que le virus informatique responsable de la cyberattaque mondiale pourrait se retourner à terme contre ses créateurs, y compris les agences de renseignement.

Le virus informatique responsable de la cyberattaque à grande échelle qui a frappé des dizaines de milliers d'ordinateurs à travers le monde, pourrait se retourner contre ses créateurs, selon le président russe Vladimir Poutine lors d'une conférence de presse le 15 mai à Pékin.

«La Russie n'a absolument rien à voir avec le virus informatique», a affirmé Vladimir Poutine, soulignant que ce programme avait apparemment été développé aux Etats-Unis. «La direction de Microsoft a précisé que le virus [provenait] des services de renseignement américains», a-t-il ajouté.

Selon Vladimir Poutine, «un génie [qui s'est] échappé de sa bouteille [...] peut se retourner contre ses créateurs», y compris quand il s'agit d'agences de renseignement.

«Il est nécessaire que la question [de la cybersécurité] soit abordée immédiatement à un niveau politique sérieux», a-t-il martelé, en rappelant : «L'an dernier, nous avons proposé à nos partenaires américains de travailler ensemble sur les questions de cybersécurité, et même de conclure des accords intergouvernementaux appropriés sur le sujet, mais notre proposition a été rejetée.»

De la Russie à l'Espagne et du Mexique au Vietnam, des dizaines de milliers d'ordinateurs, particulièrement en Europe, ont été infectés depuis le 12 mai par un «logiciel de rançon» exploitant une faille dans les systèmes Windows divulguée dans des documents piratés de l'agence de sécurité nationale américaine NSA.

Le logiciel malveillant, surnommé «Wannacry», verrouille les fichiers des utilisateurs et les force à payer une somme d'argent sous forme de monnaie virtuelle bitcoin, difficile à tracer, pour en recouvrer l'usage : on l'appelle le «rançongiciel».

Lire aussi : Une vague mondiale de cyber-attaques frappe des hôpitaux, des entreprises et des administrations

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»