Des militants de droite israéliens organisent un barbecue pour affamer les grévistes palestiniens

Des militants de droite israéliens organisent un barbecue pour affamer les grévistes palestiniens Source: Reuters

La police israélienne a dispersé une manifestation de Palestiniens qui exprimaient leur soutien à des prisonniers en grève de la faim. En revanche, un groupe d’Israéliens qui cuisinaient de la viande tout près de la prison n'a pas été inquiété.

Dans la soirée du 20 avril, une quinzaine d'Israéliens, représentants du mouvement de droite Ichud Leumi (l’Union nationale), ont décidé d’organiser un barbecue devant les portes de la prison d'Ofer, en Cisjordanie occupée, où des détenus palestiniens poursuivaient une grève de la faim entamée le 17 avril, a rapporté la presse israélienne.

Selon le secrétaire général du parti Ofer Sofer, les militants de droite souhaitaient, de cette manière, faire vaciller la volonté des grévistes par «l'odeur de la viande».

Les forces israéliennes n'ont pas demandé aux organisateurs du barbecue d'interrompre leur action. Selon des témoignages cités par la presse israélienne, certains soldats les ont même rejoints pour manger de la viande grillée.

Des heurts ont en revanche éclaté, avec les forces de l'ordre, lorsque des Palestiniens sont venus manifester leur soutien aux détenus en grève de la faim, devant la prison d'Ofer, tout près du groupe d'Israéliens qui cuisinaient de la viande. Les soldats ont rapidement dispersé les Palestiniens à coups de grenades lacrymogènes et assourdissantes ainsi qu'en tirant des balles en caoutchouc.

Lire aussi : Une grève de la faim pour lancer «la journée des prisonniers»

Afin de protester contre leurs conditions de détention et contre les discriminations qui les cibleraient, près de 1 500 Palestiniens détenus dans des prisons israéliennes ont cessé de s'alimenter depuis le 17 avril.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales