Attaque de Dortmund : deux revendications seraient examinées, l'une islamiste, l'autre antifasciste

Attaque de Dortmund : deux revendications seraient examinées, l'une islamiste, l'autre antifasciste© Odd Andersen / AFP
La police est présente sur place

Trois engins ont explosé près du bus transportant les joueurs de l'équipe de football allemande, blessant le joueur Marc Bartra, peu de temps avant le début du quart de finale de la Ligue des Champions. Il s'agit d'une attaque ciblée selon la police.

Mise à jour automatique
  • La police allemande a ré-ouvert la sortie du stade de Dortmund après avoir examiné des objets suspects à proximité.

  • La police allemande a déclaré avoir découvert des objets suspects au niveau d'une des sorties du stade de Dortmund.

  • Alors que le procureur fédéral a confirmé que la piste du terrorisme islamiste était pour l’instant privilégiée, le ministre de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, la région où se sont produites explosions, Ralf Jäger, s’est exprimé.

    «Nous enquêtons dans toutes les directions [...] Il peut s'agir d'extrémistes de gauche, d'extrémistes de droite, de fans violents ou d'islamistes», a-t-il déclaré, soulignant que la lettre retrouvée évoquant Daesh pouvait «être vraie ou être une tentative de créer une fausse piste».

    Dans le même temps, l’agence de presse DPA indique que celle-ci serait «atypique», puisqu’il y manquerait notamment des symboles de Daesh et qu’elle présenterait des fautes d’orthographe.

  • Frauke Koehler, porte-parole du procureur fédéral allemand, a indiqué que les autorités antiterroristes avaient été saisies de l'affaire.

    Deux suspects de la mouvance islamiste sont visés par des enquêteurs, a-t-elle indiqué, précisant que des perquisitions avaient été menées dans leurs habitations. L'un d'eux a été arrêté.

    Elle a indiqué que les enquêteurs avaient de «très gros doutes quant à l'authenticité» de la revendication publiée sur un site d'extrême-gauche.

  • Alors que la piste islamiste n'est pas écartée, le site du journal allemand Die Welt révèle la seconde revendication qui est apparue dans la nuit du 11 au 12 avril sur un blog antifasciste.

    «Aujourd'hui, nous avons attaqué le bus du BVB avec des explosifs fabriqués spécialement», pouvait-on lire dans un article mis en ligne et retiré depuis.

    «L'auteur de cette revendication a expliqué les raisons de l'attaque : le bus du BVB est un symbole de la politique du club, qui n'a pas assez lutté contre le fascisme et laissé les supporters avoir une attitude détestable au stade. L'authenticité de la lettre n'a pas été vérifiée ni confirmée par les sources officielles», précise le journal L'Equipe.

  • «Comme les habitants de Dortmund et des millions d'autres personnes, la chancelière [Angela Merkel] a été horrifiée par la nouvelle de l'attaque contre le bus du BVB», a déclaré le porte-parole de cette dernière, Steffen Seibert. Il a promis que les enquêteurs «feraient tout pour retrouver et traduire en justice le ou les coupables».

  • L'UEFA, instance de tutelle de la Ligue des champions, est en train de «réévaluer les mesures de sécurité» pour les matches de ce mercredi, afin de les renforcer «partout où c'est nécessaire» après l'attaque à l'explosif du bus du Borussia Dortmund.

    L'Union européenne du football indique dans un communiqué qu'elle n'a pas eu de «renseignements spécifiques sur une éventuelle menace» pour les matches des quarts de finale de son épreuve reine le soir du 1 avril. Mais elle demande aux supporters de se tenir prêts pour d'éventuels «contrôles de sécurité renforcés».

  • Vadim Vassilyev, vice-président de l'AS Monaco, s'est «bien sûr posé la question de jouer» la rencontre reportée du 11 au 12 avril à Dortmund après l'attaque à l'explosif du bus du Borussia, mais estime que «le football ne doit pas être pris en otage».

    «L'UEFA, le Borussia Dortmund et nous, sommes sur la même ligne», c'est-à-dire jouer ce match de Ligue des champions ce 12 avril à 18h45 (16h45 GMT), poursuit le dirigeant dans un communiqué. «Nous allons accompagner nos joueurs pour traverser au mieux cette situation. Le football sera plus fort que ce type d'acte ignoble. Le match va bien avoir lieu ce soir», ajoute-t-il.

  • Le patron du Borussia Dortmund Hans-Joachim Watzke a déclaré dans un communiqué que «Dortmund ne cédera pas au terrorisme», selon la chaîne allemande DW Sport.

  • Selon les médias, la police allemande examinerait la piste islamiste dans l'enquête sur les explosions à Dortmund.

    D'après le journal Süddeutsche Zeitung, les chaînes WDR et NDR ainsi que l'agence DPA, la lettre retrouvée sur les lieux est écrite «au nom d'Allah, le clément le miséricordieux», évoque la participation de l'Allemagne à la coalition contre Daesh en Syrie ainsi que l'attentat sur un marché de Noël de Berlin en décembre.

    Il est possible que les responsables aient voulu faire diversion, selon le journal.

    Un autre journal allemand, Focus, a déclaré que les enquêteurs auraient examiné une seconde lettre, publiée sur un site antifasciste et affirmant que l'attentat serait une réaction à une attitude trop clémente à l'égard des partisans néo-nazis.

Découvrir plus

A une dizaine de kilomètres du stade du Borussia Dortmund, «trois charges explosives ont détoné» près du bus transportant les joueurs de l'équipe allemande le 11 avril vers 19h, a indiqué Gunnar Wortmann, porte-parole de la police locale. Des vitres du véhicule ont volé en éclats et une personne a été blessée.

Il s'agit du défenseur espagnol de Dortmund, Marc Bartra, qui a été hospitalisé, a indiqué le club sur Twitter. Il aurait été blessé au bras par des bris de verres.

Le club a précisé que les personnes présentes à l'intérieur du stade étaient en sécurité.

Dans le public, des supporters de l'équipe monégasque ont entamé des chants de soutien à Dortmund.

Il s'agirait d'une attaque, selon la police

Les autorités allemandes ne disposent pas à ce stade d'éléments indiquant que les explosions soient d'origine terroriste, ont indiqué dans la soirée des sources proches des services de sécurité à l'agence de presse DPA.

«Après une enquête initiale, nous supposons qu'il s'agissait d'une attaque au moyen d'explosifs lourds», a néamoins rapporté la police de Dortmund sur Twitter, vers 22h.

Le Borussia Dortmund devait affronter l'AS Monaco en quart de finale aller de la Ligue des Champions à 20h45. La rencontre a été reportée et se déroulera le 12 avril à 18h45.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales