Poutine s’attend à de nouveaux raids américains en Syrie

Poutine s’attend à de nouveaux raids américains en Syrie

Le président russe a affirmé que de nouvelles «provocations» se préparaient dans certaines régions de Syrie, dans le cadre desquelles des armes chimiques pourraient être utilisées pour justifier de nouvelles frappes américaines en Syrie.

«Cela ressemble beaucoup aux événements de 2003 quand, lors d'une réunion du Conseil de Sécurité, on a parlé des soi-disant armes chimiques qui auraient été retrouvées en Irak. Après cela a été lancée une campagne militaire en Irak qui s'est soldée par la destruction de l’Irak, par l'aggravation de la menace terroriste et l’apparition de Daesh à l’échelle mondiale. La même chose a désormais lieu en Syrie», a déclaré le président russe le 11 avril, lors d'une conférence de presse avec le président italien Sergio Mattarella à l’issue de leur rencontre. Le chef d'Etat faisait référence à l'attaque chimique supposée du 4 avril, attribuée à Damas par Washington et de nombreuses chancelleries occidentales. 

«Nous avons reçu ces informations de différentes sources : des provocations de ce genre, et je ne peux pas les appeler autrement, sont aussi en préparation dans d'autres régions de Syrie, notamment dans les banlieues sud de Damas. Des armes chimiques pourraient être utilisées dans le but de compromettre les autorités syriennes», a-t-il poursuivi en répondant à la question d’un journaliste sur la possibilité de nouveaux raids américains en Syrie.

Lire aussi : Les Etats-Unis affirment avoir détruit 20% des capacités aériennes syriennes. Vraiment ?

«Nous considérons que toute action de ce type doit être l'objet d'une enquête sérieuse. Nous allons nous adresser aux organismes onusiens présents à La Haye et appeler la communauté internationale à enquêter. En se basant sur les résultats d'une telle enquête, nous déciderons de la marche à suivre», a-t-il conclu, faisant vraisemblablement référence.

Des frappes américaines en représailles à une attaque chimique supposée, attribuée sans preuve à l'armée syrienne

Tôt dans la matinée du 7 avril, 59 missiles Tomahawk ont été lancés sur la base d'Al-Chaayrate, depuis des destroyers de l'US Navy croisant en Méditerranée. Ces missiles ont touché l'infrastructure militaire, mais ont également fait neuf morts parmi les civils, selon le gouverneur de la province de Homs, où l’attaque s’est produite. Washington a expliqué avoir procédé à ces frappes en représailles à l'attaque chimique présumée du 4 avril dans la province d’Idleb, dont la Maison Blanche tient le gouvernement syrien pour responsable, sans fournir de preuve.

La Russie a qualifié les bombardements américains d'«acte d’agression usant d'un prétexte artificiel contre un pays souverain et membre de l'ONU». Le secrétaire d’Etat américain, Rex Tillerson, a, pour sa part, évoqué «l'inaction de Moscou face à l'usage d'armes chimiques» et parlé de «complicité» ou d'«incompétence».

«Etant allié de Bachar el-Assad, [la Russie] devrait avoir une plus grande influence sur lui. A chacune de ces horribles attaques, la responsabilité de la Russie est un peu plus importante», a avancé Rex Tillerson le 8 avril.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.