30 millions d'Africains pourraient arriver d'ici dix ans selon le président du Parlement européen

- Avec AFP

30 millions d'Africains pourraient arriver d'ici dix ans selon le président du Parlement européen© Zohra Bensemra Source: Reuters
Photo d'illustration

Le président du Parlement européen Antonio Tajani a souligné la nécessité d'investir en Afrique pour éviter que des dizaines de millions d'immigrés ne viennent trouver refuge en Europe. La menace terroriste a également été évoquée.

Interrogé par le journal allemand Die Welt sur la crise migratoire et le flux de candidats africains à l'asile qui tentent de rallier l'Europe, Antonio Tajani a appelé l'Union européenne «à investir des milliards [en Afrique] et à développer une stratégie sur le long terme».

«L'Afrique se trouve dans une situation dramatique» et «si nous ne parvenons pas à résoudre les problèmes centraux des pays d'Afrique, 10, 20, voire 30 millions d'immigrés vont arriver en Europe d'ici dix ans», a-t-il alerté.

D'autant que «l'Etat islamique cherche à faire entrer des terroristes avec les réfugiés», a-t-il ajouté. Daesh explique aux djihadistes «qu'il est maintenant facile de mener une attaque dans un Etat européen avec un couteau ou une voiture», a-t-il assuré. 

Antonio Tajani s'est dit favorable à l'instauration sur le sol africain «de camps d'accueil sous la protection de l'ONU et de forces armées européennes», sorte de «villes provisoires avec des hôpitaux et des infrastructures pour les enfants où les gens pourront vivre de façon provisoire».

Après la fermeture de la route migratoire des Balkans en mars 2016, les Européens veulent s'atteler au casse-tête de la Méditerranée centrale mais se heurtent aux réticences de leurs partenaires africains et au manque d'interlocuteurs en Libye, d'où embarquent la plupart des migrants, dont beaucoup périssent en mer.

Selon l'ONG espagnole Pro-Activa Open Arms, environ 250 migrants africains seraient ainsi morts dans le naufrage de deux canots gonflables repêchés le 23 mars au large de la Libye.

Lire aussi : Frontex demande aux ONG de cesser de «soutenir l'action des réseaux de passeurs»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»