Attentat au palais de justice de Damas, au moins 31 morts selon un ministre syrien

Attentat au palais de justice de Damas, au moins 31 morts selon un ministre syrien© SANA / Reuters

Six ans jour pour jour après le début de la rébellion en Syrie, un kamikaze a pris pour cible le palais de justice dans le centre de la capitale, faisant de nombreuses victimes. Un second attentat meurtrier a ensuite eu lieu dans un restaurant.

Un kamikaze s'est fait exploser à l'intérieur du palais de justice de Damas le 15 mars, faisant 31 morts et 65 blessés, selon le ministre syrien de la Justice, cité par l'agence de presse libanaise U-News.

Attention ! Les images ci-dessous peuvent heurter votre sensibilité 

Dans un premier temps, un responsable de la police cité par la Télévision Arabe Syrienne, la chaîne d'Etat, avait fait état d'un bilan provisoire de 25 morts et plusieurs dizaines de blessés.

D'après cette même source, le kamikaze était habillé en militaire. Un représentant du gouvernement syrien cité par l'agence de presse Reuters a ajouté que l'assaillant aurait activé son détonateur après que la police l'aurait empêché de pénétrer dans l'enceinte du palais de justice.

Un second attentat meurtrier frappe l'Ouest de Damas

Environ deux heures après l'attaque, «un terroriste kamikaze a déclenché sa ceinture explosive à l'intérieur d'un restaurant à Raboué [dans l'Ouest] de Damas après avoir été pourchassé et cerné par les autorités compétentes», a rapporté l'agence de presse syrienne Sana.

Elle a précisé que l'attaque avait fait des «morts et des blessés», sans donner de bilan précis.

Ces nouveaux attentats, qui n'ont pas encore été revendiqués, surviennent six ans après le début des manifestations anti-Assad.

Le 11 mars, une double attaque à la bombe, revendiquée par le groupe rebelle Hayat Tahrir al-Cham, lié à al-Qaïda, avait tué au moins 40 personnes à Damas.

Lire aussi : Syrie : plusieurs dizaines de morts dans un double attentat à Damas

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales