Amsterdam interdit l'atterrissage du vol d’un ministre turc après la «menace de sanctions»

Amsterdam interdit l'atterrissage du vol d’un ministre turc après la «menace de sanctions» Source: Reuters

Les Pays-Bas ont interdit au chef de la diplomatie turque d’atterrir sur son sol après que celui-ci avait menacé d’imposer des sanctions sur le gouvernement néerlandais s’il ne lui permettait pas de participer à un meeting pro-Erdogan à Rotterdam.

«Les autorités turques ont brandi publiquement la menace de sanctions. Cela rend impossible la recherche d'une solution raisonnable», a déclaré le gouvernement néerlandais dans un communiqué. «C'est pourquoi les Pays-Bas ont fait savoir qu'ils retiraient le droit d'atterrir à l'appareil du ministre turc», a-t-on poursuivi.

Le président Recep Tayyip Erdogan a condamné la décision des Pays-Bas, évoquant un relent de nazisme dans l'attitude des autorités néerlandaises.

«Ce sont les vestiges du nazisme, ce sont des fascistes», a déclaré le président turc lors d'un rassemblement à Istanbul. «Vous pouvez interdire à notre ministre des Affaires étrangères de voyager, mais à partir de maintenant voyons comment vos avions vont atterrir en Turquie», a-t-il poursuivi.

«C’est une remarque absurde», a réagi le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte.

Les relations entre les Pays-Bas et la Turquie se sont tendues, quelques semaines avant le référendum destiné à renforcer les pouvoirs de Recep Tayyip Erdogan. Le ministre des Affaires étrangères turc, Mevlut Cavusoglu, a annoncé son intention de prendre part à une manifestation de soutien à son président, à Rotterdam, où réside une importante communauté turque. Mais Amsterdam s’est déclaré contre, décision à laquelle Mevlut Cavusoglu a répondu par la menace de sanctions.

L’annulation de la visite de Mevlut Cavusoglu avait été proposée par le chef du parti anti-migratoire, Geert Wilders, suggestion qui a finalement été entendue par les autorités.

Lire aussi : Pays-Bas : l'islam au coeur d'un débat national

«Un homme politique néerlandais, Geert Wilders, se comporte comme un nazi. Il menace de ne pas laisser le ministres des Affaires étrangères turc atterrir. Mais je compte bien m’y rendre malgré tout», avait déclaré Mevlut Cavusoglu quelques heures avant son déplacement.

Des meetings pro-Erdogan auraient supposément dû avoir lieu dans plusieurs villes européennes, notamment en Allemagne et aux Pays-Bas. Pourtant, la majorité d’entre eux ont été annulés. Ankara ne cesse de répéter que l’annulation des rencontres auxquelles devaient participer des ministres turcs violent leurs droits. «Vous nous faites des leçons de démocratie, puis vous empêchez les ministres de notre pays de s'exprimer chez vous», avait déclaré le chef de l'Etat turc Recep Tayyip Erdogan, le 5 mars.

Lire aussi : Colère d'Ankara après l'annulation de deux manifestations pro-Erdogan en Allemagne

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»