Prise d'otage de cinq employés d'une mine d'or congolaise, dont un Français

Prise d'otage de cinq employés d'une mine d'or congolaise, dont un Français© Tom Kirkwood Source: Reuters
Photo d'illustration

Cinq personnes, dont un Français, ont été kidnappées à la mine d’or congolaise de Namoya, dans l’est de la République démocratique du Congo. D'après un responsable de l'entreprise Banro, un groupe armé inconnu est à l'origine de cette attaque.

Dans la nuit du 1 au 2 mars, cinq employés de la mine d’or gérée par l’entreprise canadienne Banro, un Français, un Tanzanien et trois Congolais, ont été kidnappés. La police de la République démocratique du Congo a ouvert une enquête criminelle. D’après l’un des hauts responsables de Banro, Crispin Mutwedu, l’administration de l’entreprise avait reçu des menaces de la part des rebelles locaux.

Le ministère des Affaires étrangères français a déclaré se mobiliser et travailler avec les autorités locales pour clarifier la situation.

«Nous n'avons à ce stade aucune information concernant les auteurs de l'enlèvement. Nous sommes mobilisés, en lien avec les autorités congolaises pour faire toute la lumière sur ces faits et parvenir à la libération de notre compatriote», a indiqué le Quai d'Orsay dans un communiqué.

L'exploitation commerciale de la mine de Namoya avait commencé en janvier 2016. Pendant cette première année, elle a exporté plus de 2,6 tonnes d'or. Une autre mine congolaise gérée par l’entreprise Banro, celle de Twangiza, avait déjà fait face à une attaque il y a presqu’un mois, le 7 février. Des criminels avaient essayé de forcer ses locaux. L’un des voleurs avait été tué, les autres arrêtés par la police.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales