Moscou dénonce les écoutes téléphoniques de l’ambassadeur de Russie par le renseignement américain

Moscou dénonce les écoutes téléphoniques de l’ambassadeur de Russie par le renseignement américain© JAMES LAWLER DUGGAN Source: Reuters
Ambassade russe à Washington

Le chef de la diplomatie russe a fustigé les méthodes de Washinton qui aurait surveillé les échanges de l'ambassadeur son ambassadeur aux Etats-Unis avec Moscou. Cette révélation arrive dans un contexte déjà très tendu entre les deux pays.

«Les services spéciaux américains ont confié de manière officielle mais sous couvert d’anonymat à des journalistes que les communications de notre ambassadeur Kislyak étaient écoutées régulièrement. Ses comptes-rendus à Moscou sur ce qu’il fait à Washington dans le cadre de ses fonctions sont notamment écoutés», a révélé le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. Il a également appelé à prêter attention aux activités de ceux qui essaient de «surveiller tous les processus à travers le monde notamment via des moyens qui ne sont pas assez légitimes».

Le chef de la diplomatie russe a ajouté que ces déclarations avaient été faites dans le cadre du scandale qui entoure la démission de Michael Flynn, conseiller à la sécurité nationale du président Trump. Ce proche du 45e président des Etats-Unis a reconnu avoir eu des conversations inapropriées avec l’ambassadeur de Russie aux Etats-Unis, Sergueï Kislyak, avant l'investiture de Donald Trump.

Selon le journal américain The Wall Street Journal, le 29 décembre 2016, jour où l’administration Obama a imposé des sanctions contre Moscou pour des cyberattaques présumées visant le processus électoral aux Etats-Unis, Michael Flynn et Sergueï Kislyak se seraient parlé cinq fois, au téléphone. D’après le journal américain, qui s'appuie sur des éléments issus d'écoutes par les services spéciaux américains, le conseiller à la sécurité nationale du président Trump aurait laissé entendre à l’ambassadeur de Russie que le prochain locataire de la Maison Blanche pourrait annuler les sanctions.

De son côté, Moscou a reconnu que des conversations entre Michael Flynn et Sergueï Kislyak avaient eu lieu. Mais les autorités russes ont fait savoir que les deux hommes n'avaient pas abordé la question des sanctions. «Nous avons précisé qu’ils n’avaient pas eu de pourparlers à ce sujet», avait notamment précisé le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. «C'est une affaire intérieure aux Etats-Unis, c'est une affaire interne à l'administration du président Trump. Ce ne sont pas nos affaires. Nous ne souhaitons commenter cette affaire d'aucune manière», avait-il ajouté.

Le 13 février, Michael Flynn a quitté son poste en reconnaissant qu’il n’avait pas transmis au vice-président américain, Mike Pence, des informations complètes sur les contacts qu'il avait eus avec l’ambassadeur de Russie. «J’ai présenté mes excuses sincères au président et au vice-président, et ils les ont acceptées», a écrit le général Flynn dans sa lettre de démission.

Lire aussi : Etats-Unis : le conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn démissionne

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»