Espagne : une ex-ministre de Mariano Rajoy devant les juges pour corruption

- Avec AFP

Espagne : une ex-ministre de Mariano Rajoy devant les juges pour corruption© JAVIER SORIANO Source: AFP
L'ex-membre du gouvernement espagnol Ana Mato, en octobre 2014

Un tribunal espagnol a pour la première fois entendu un ancien membre d'un gouvernement de Mariano Rajoy, l'ex-ministre Ana Mato, comme bénéficiaire présumée de cadeaux offerts par un réseau de corruption.

Le 13 février, les juges de l’audience nationale, spécialisée dans les affaires de corruption ont interrogé Ana Mato. L’ancienne ministre de la santé du gouvernement conservateur de Mariano Rajoy avait été contrainte de démissionner en novembre 2014 dans le cadre de la retentissante «affaire Gurtel». Elle est en effet soupçonnée par la justice espagnole d’avoir été «bénéficiaire à titre lucratif» de cadeaux qui auraient été faits à son mari, Jesus Sepulveda, qui a exercé la fonction de maire du village de Pozuelo de 2003 à 2009.

Selon l'accusation, un réseau dirigé par l'homme d'affaires Francisco Correa aurait offert au couple des voyages et de luxueux cadeaux, entre 2001 et 2005. Il aurait aussi financé plusieurs fêtes d'anniversaire ou de communion des enfants du couple. Selon les estimations, Ana Mato aurait bénéficié de faveurs dont le montant total serait 28 000 euros. 

En janvier dernier, Jesus Sepulveda avait expliqué aux juges que le jour où il avait voulu s'acheter une Jaguar, il avait rencontré par hasard Francisco Correa devant le siège du Parti populaire (PP). Francisco Correa l'avait accompagné chez le concessionnaire avant de lui proposer d'acquérir cette Jaguar pour lui.

Ana Mato a soutenu, le 13 février, qu'elle ignorait comment avait été financé l'achat de trois voitures haut de gamme qui stationnaient dans leur garage. Un manque de précision qui a fait dire au procureur qu'elle avait répondu «de manière plutôt évasive» aux questions qu’il lui avait posées.

Trente-sept personnes au total – dont deux anciens trésoriers du PP – sont jugées depuis le mois d’octobre, soupçonnées d'avoir participé à un vaste réseau de détournements de fonds publics portant sur des dizaines de millions d'euros entre 1999 et 2005. 

Lire aussi : Rassemblements #Global Debout dans le calme marqués par l'anniversaire des Indignés espagnols

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.