En proie à des émeutes, le Brésil envoie l’armée dans l’Etat d'Espirito Santo (IMAGES CHOC)

En proie à des émeutes, le Brésil envoie l’armée dans l’Etat d'Espirito Santo (IMAGES CHOC) Source: Reuters
La situation est tellement préoccupante dans l'Etat d'Espirito Santo que le gouvernement a décidé d'envoyer l'armée pour rétablir la situation

L'armée brésilienne a décidé le 9 février d'envoyer des parachutistes et des véhicules blindés vers l'Etat brésilien d'Espirito Santo (sud-est) où une vague de violence liée à une grève des policiers a déjà fait plus de cent morts.

«J'ai décidé de renforcer le dispositif avec des parachutistes, des blindés et l'aviation militaire. La mission sera accomplie», a annoncé sur Twitter le général Eduardo Villas Boas, commandant en chef de l'armée brésilienne. L’Etat d’d'Espirito Santo, situé dans le sud-est du pays, est le théâtre de très violentes émeutes depuis plusieurs jours dans le sillage d’une grève des forces de police.

Son gouverneur, César Colnago, avait estimé le 8 février que le contingent de 1 200 hommes déjà sur place depuis le début de la semaine «n'était pas suffisant» pour garantir l'ordre public. Un renfort de 550 hommes avait alors été annoncé.

Depuis le 4 février, les familles des policiers bloquent les accès des commissariats pour demander une amélioration des salaires et des conditions de travail des agents qui n'ont pas le droit, eux, de manifester.

Or, en l'absence de patrouilles, les agressions, les actes de vandalisme et les meurtres ont immédiatement explosé dans cet Etat situé à 500 km au nord de Rio de Janeiro.

Déjà une centaine de victime

Le nombre de morts violentes n'a pas été confirmé officiellement mais selon le syndicat local des policiers (Sindipol), 101 décès ont été recensées entre le 4 et le 9 février.

Signe de la gravité de la situation, les autorités locales ont été jusqu’à lancer un appel aux dons du sang, expliquant que les stocks avaient été réduits au minimum ces derniers jours.

Les services du gouverneur ont informé sur leur site que des négociations avaient eu lieu avec les grévistes, sans résultat.

Mais la situation pourrait basculer à un degrés de gravité supérieur. Alors que le sentiment d'insécurité persiste à Espirito Santo, l'inquiétude est redoublée par les rumeurs d'une grève similaire à Rio de Janeiro, la deuxième plus grande ville du pays.

Afin de calmer la situation et d’empêcher le pire, le gouvernement de Rio a expliqué que le paiement des salaires en retard était en cours et qu'aucune grève n'était prévue. Mais les on-dit mettent la population en alerte sur les réseaux sociaux.

Le gouverneur Luis Fernando Pezao a indiqué à Radio Gaucha le 9 février qu'il avait demandé aux autorités fédérales que l'armée se tienne prête à intervenir.

Au bord de la faillite, l'Etat de Rio ne paie pas les salaires des fonctionnaires à temps depuis des mois et de violentes manifestations ont eu lieu récemment contre les mesures d'austérité du gouvernement.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Qui est pour vous le principal fossoyeur de la gauche en 2017 ?

Résultats du sondage