Pékin veut «rafraîchir la mémoire» de Washington sur l'histoire de la mer de Chine méridoniale

Pékin veut «rafraîchir la mémoire» de Washington sur l'histoire de la mer de Chine méridoniale Source: Reuters
Des navires de guerre chinois en patrouille autour de l'île de Spartley, photographiés par l'armée américaine en mai 2016

Alors que les tensions régionales à propos de la souveraineté des îles en mer de Chine ne s'apaisent pas, Pékin rappelle à Washington que selon les traités signés pendant et après la Seconde Guerre mondiale, les îles Spartleys lui appartiennent.

Le ministre des Affaires étrangères chinois s'est permis un rappel historique à l'attention de Washington. Lors de sa visite officielle à Canberra, en Australie, il a déclaré que les Etats-Unis feraient bien de «se rafraîchir [la mémoire] sur l'histoire de la Seconde Guerre mondiale».

Pour étayer son point de vue, il a expliqué faire référence à la déclaration du Caire de 1943 ainsi qu'à celle de Postdam de 1945, qui stipulent que le Japon devait rendre à la Chine tous les territoire conquis. 

Lire aussi : Faute de candidats, la Chine se dit prête à assurer le leadership du monde

«Cela inclut les îles Nansha», a t-il affirmé, utilisant le nom chinois des îles Spratleys, au cœur du conflit territorial en mer de Chine. «En 1946, le gouvernement chinois avec l'aide des Etats-Unis – en accord avec la loi internationale – a repris les îles Nansha, alors occupées par le Japon, pour de nouveau y exercer sa souveraineté», a t-il rappelé. Il est ensuite revenu à la situation actuelle, remettant en cause l'attitude «des pays voisins» qui utilisent des méthodes «illégales» pour occuper ces îles.

Côté américain, le chef de la diplomatie Rex Tillerson, a tenu mi-janvier des propos très offensifs sur le sujet, avertissant Pékin qu'elle «n'aurait pas accès» à ses îles artificielles en mer de Chine méridionale.

En visite au Japon, le secrétaire à la Défense James Mattis a reproché à la Chine de «mettre en pièce la confiance des nations de la région», mais a tenu à minimiser les manœuvres militaires américaines dans la région et appelé à résoudre le conflit de manière diplomatique.

Lire aussi : Donald Trump nomme un économiste «anti-chine» à un poste clé

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales