Le président mexicain confirme qu'il ne se rendra pas à Washington pour rencontrer Trump

- Avec AFP

Le président mexicain confirme qu'il ne se rendra pas à Washington pour rencontrer Trump© Henry Romero Source: Reuters

Le président américain a fait monter la tension avec le Mexique en conseillant à son président Enrique Pena Nieto d'annuler sa visite s'il ne souhaitait pas payer pour la construction du mur à la frontière. Il a confirmé qu'il ne viendrait pas.

Le chef de l'Etat mexicain Enrique Pena Nieto a annoncé dans un communiqué officiel qu'il ne se rendrait pas à Washington dans cinq jours pour rencontrer Donald Trump.

«Ce matin, nous avons informé la Maison Blanche que je ne participerai pas à la réunion de travail prévue mardi prochain [31 janvier] avec le POTUS», a déclaré Pena Nieto sur Twitter, en référence à Trump.

«Le Mexique réaffirme sa volonté de travailler avec les Etats-Unis pour parvenir à des accords qui favorisent les deux nations», a-t-il tout de même ajouté.

Une rencontre qui aurait été «stérile»

Donald Trump a estimé pour sa part qu'une rencontre avec Nieto aurait été «stérile» étant donnés les désaccords entre les deux pays, en particulier sur le financement du mur à la frontière.

«Tant que le Mexique ne traite pas les Etats-Unis de manière équitable et avec respect, une telle rencontre est stérile», a-t-il affirmé depuis Philadelphie, affirmant que l'annulation de la rencontre, initialement prévue dans cinq jours, avait été une décision conjointe.

Plus tôt dans la journée, Donald Trump avait invité le président du Mexique à rester chez lui s'il restait sur ses positions de ne pas vouloir payer pour la construction du mur à la frontière entre les deux pays, un des points clefs de la campagne de Trump.

«Si le Mexique n'est pas prêt à payer pour le mur qui est vraiment nécessaire, ce serait mieux d'annuler la rencontre à venir», avait tweeté le président des Etats-Unis. 

«Les Etats-Unis ont un déficit commercial de 60 milliards avec le Mexique. Depuis le début de [l'accord de libre-échange nord américain] Aléna, c'est un accord qui ne va que dans un sens, avec énormément de pertes d'emplois et d'entreprises», a-t-il ajouté. 

Sous la pression de l'opposition mexicaine qui l'a exhorté à annuler son déplacement à Washington, le président mexicain a indiqué qu'il attendrait le retour d'une délégation de haut niveau de Washington avant de prendre une décision.

«Je regrette et condamne la décision des Etats-Unis de continuer la construction du mur qui, depuis des années, au lieu de nous unir, nous divise», a-t-il déclaré dans un bref message vidéo diffusé le 25 janvier sur son compte Twitter.

Donald Trump a signé mercredi 25 janvier un décret initiant la construction d'un mur à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique pour endiguer l'immigration clandestine, la promesse la plus emblématique de sa campagne.

Cette décision polémique de Donald Trump était intervenue au moment où les ministres mexicains des Affaires étrangères et de l'Economie étaient à Washington pour préparer la rencontre qui aurait dû avoir lieu entre les deux chefs d'Etat, cinq mois après une visite du candidat Trump à Mexico qui avait scandalisé les Mexicains.

Il faut dire que les relations entre les deux chefs d'Etat ne sont pas vraiment cordiales. Très loin de faire des ronds de jambe, Enrique Pena Nieto avait déjà, en mars 2016, comparé Donald Trump à Hitler et Mussolini.

Les dirigeants du Congrès américain contrôlé par les républicains ont déclaré jeudi 26 décembre qu'ils prévoyaient d'aller de l'avant en finançant la construction du fameux mur. Un projet qui devrait avoir un coût entre 12 et 15 milliards de dollars (11 et 14 millions d'euros) selon eux. Dans une interview à ABC News mercredi 25 janvier, Donald Trump a que le Mexique «finirait par rembourser les États-Unis pour le mur». 

Lire aussi : A quel point le mur mexicain de Donald Trump est-il diplomatique ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.