Des troupes ouest-africaines prêtes à intervenir en Gambie, ultime médiation de la Mauritanie

- Avec AFP

Des troupes ouest-africaines prêtes à intervenir en Gambie, ultime médiation de la Mauritanie© Reuters Staff Source: Reuters
Une vague de départs était enregistrée parmi les touristes, en majorité des Britanniques et des Néerlandais

Les troupes de plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest se tiennent prêtes à intervenir en Gambie à partir du Sénégal en cas d'échec des efforts diplomatiques d'ici à minuit GMT pour convaincre Yahya Jammeh de céder le pouvoir à Adama Barrow.

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz est arrivé mercredi soir pour une ultime médiation à Banjul, où se sont rendues depuis décembre deux missions de dirigeants de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao, 15 pays) pour amener Yahya Jammeh à céder son fauteuil, sans succès.

La Mauritanie n'est pour autant pas membre de la Cédéao. «Notre proposition de solution est indépendante de toutes les autres, nous l'avons minutieusement préparée [depuis décembre]» , a déclaré à l'AFP à Nouakchott un haut responsable de la diplomatie mauritanienne.

Dans le même temps, des troupes ouest-africaines se tenaient prêtes à intervenir en cas d'échec de la négociation, la Cédéao ayant à plusieurs reprises averti qu'elle pourrait avoir recours à la force en dernier ressort.

Parmi les pays ayant déployé des soldats, figurent le Nigeria, poids lourd régional, et le Sénégal, unique voisin terrestre de la Gambie, une ex-colonie britannique de moins de deux millions d'habitants.

«L'ultimatum prend fin à minuit [le mercredi 18 janvier]», à l'expiration du mandat de Jammeh, a déclaré à l'AFP le porte-parole de l'armée sénégalaise, le colonel Abdou Ndiaye.

«Si la solution politique échoue, nous allons engager» les opérations en Gambie, a ajouté le colonel Ndiaye, confirmant des mouvements de soldats sénégalais vers les frontières entre les deux pays.

L'armée de l'air nigériane a de son côté annoncé mercredi avoir envoyé 200 hommes et des avions au Sénégal, précisant que ce déploiement était destiné à une éventuelle intervention en Gambie.

Le climat dans ce pays s'est encore alourdi lorsque Yahya Jammeh a décrété mardi l'état d'urgence pour 90 jours, avec l'approbation de l'Assemblée nationale.

Une vague de départs a été observée parmi les touristes, en majorité des Britanniques et des Néerlandais attirés par les plages de sable fin de ce pays, à la suite de consignes de leurs gouvernements respectifs. Mercredi à la mi-journée, les plages étaient désertées, abandonnées à des employés désœuvrés et à des chèvres.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»