«Accusations sans preuves» : Moscou répond au dépôt de plainte de Kiev devant la CIJ

«Accusations sans preuves» : Moscou répond au dépôt de plainte de Kiev devant la CIJ© Alexei Philippov Source: Sputnik
Le bâtiment de la CIJ

Kiev a déposé une plainte contre la Russie devant la Cour internationale de Justice de La Haye pour «terrorisme et discrimination», sur ordre du président ukrainien Petro Porochenko. Pour le Kremlin, ces accusations non-fondées.

La Russie fait l’objet d’une plainte visant à la «traduire en justice [...] pour avoir commis des actes de terrorisme et de discrimination pendant son agression illégale de l’Ukraine», selon le ministère ukrainien des Affaires étrangères. A cet égard, Kiev demande à Moscou des dédommagements, dont une estimation sera établie par la suite.

L’Ukraine a également demandé à la Cour internationale de Justice (CIJ) de prendre des mesures «visant à empêcher toute violation des droits de l’homme de la part de la Russie».

Lire aussi : Dette ukrainienne : Moscou réclame à la justice d’accélérer le traitement de sa plainte

Ce n’est pas la première plainte déposée par Kiev contre la Russie. Ainsi, en septembre 2016, l’Ukraine a initié une procédure contre Moscou en l’accusant de violation de la Convention de l’ONU du droit maritime. La Cour examinera cette plainte en 2017. La Russie a de son côté souligné que Moscou défendrait ses intérêts avec «tous les outils du droit humanitaire international» à sa disposition.

Les relations entre Moscou et Kiev se sont détériorées en 2014, quand un coup d’Etat s’est produit en Ukraine et suite au référendum des habitants de Crimée appelant à leur rattachement à la Russie. En outre, les autorités ukrainiennes accusent la Russie de soutenir les rebelles dans l’Est de l’Ukraine, ce que Moscou a démenti à plusieurs reprises en déclarant que la Russie n’était intéressée que par le règlement du conflit dans le pays. «»

Selon Moscou, l'Ukraine recherche n'importe quel prétexte pour nuire à la Russie

De son côté, Moscou n'a pas tardé à réagir à la plainte de Kiev, déclarant qu'il s'agissait là d'une tentative de nuire à la Russie par tous les moyens.

«Il est clair qu'en ce qui concerne la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciales, Kiev n'est pas intéressée par une réelle protection effective des personnes ou un respect de ses engagements des contrats [...] La plainte de Kiev contre la Fédération de Russie à la Cour internationale de justice poursuit des intérêts politiques à court terme. La Fédération de Russie a l'intention d'utiliser tous les recours juridiques disponibles pour sa défense», a déclaré le Kremlin dans un communiqué, ajoutant qu'il donnera plus de détails après avoir examiné tous les documents de la plainte ukrainienne.

Le ministère russe des Affaires étrangères a également rappelé que la Russie avait toujours condamné avec la plus grande fermeté toutes les formes de terrorisme et de discrimination, la Russie étant «un pays rassemblant de nombreuses nationalités et confessions différentes».

Le Kremlin ajoute que Moscou a sincèrement tenté à plusieurs reprises de traiter la plainte ukrainienne avec respect, vérifiant avec minutie les accusations de Kiev pour déterminer si ses allégations étaient avérées. Mais Kiev a toujours refusé de mener un vrai dialogue et de présenter des preuves crédibles de ses accusations.

«A aucun moment l'Ukraine n'a apporté de preuves sur de présumées actes commis par la Russie qui tombe sous le coup de la convention sur l'élimination de toutes formes de discriminations» [...] tout laisse donc à penser que le but des autorités de Kiev n'est pas le règlement régler quelconque désaccord, mais bien la recherche de n'importe quel prétexte pour attaquer la Russie devant la CIJ», conclut le communiqué du ministère russes des Affaires étrangères.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.