Les clients des prostituées pénalisés, en France et ailleurs

Des prostituées à Paris© Christian Hartmann Source: Reuters
Des prostituées à Paris

L'Assemblée Nationale a remis en vigueur, vendredi 12 juin, la loi pénalisant les clients des prostituées. L'occasion de se demander comment nos voisins légifèrent sur le sujet.

La loi faisait débat depuis plusieurs mois. D'un côté, la classe politique et les associations féministes qui estimaient que le clientélisme de prostitution devait être illégal. De l'autre, des associations de travailleurs du sexe qui cherchaient à défendre l'avenir de leur secteur d'activité.

C'est finalement au Palais Bourbon que la question a été tranchée : la pénalisation des clients de prostituées a été rétablie. Les députés ont adopté en deuxième lecture la proposition de loi renforçant la lutte contre la prostitution.

Le texte de loi ne fait pas le bonheur de chacun. Premiers intéressés, les travailleurs et travailleuses du sexe craignent que la pénalisation des clients ne signifie précarité et danger pour leur secteur d'activité. Les arguments avancés : moins de clients, donc moins d'argent, et une clientèle plus resquilleuse, donc certainement plus violente. Un phénomène que l'on constate en effet autour de nous, dans les pays où la loi sur la pénalisation des clients de prostituées est déjà appliquée. Des arguments qui ont convaincu jusque dans les rangs des parlementaires.

Dans le reste de l'Europe, et notamment dans les pays limitrophes à la France, des législations radicalement opposées sont en place. Aux antipodes des lois sur la prostitution : l'Allemagne et l'Irlande du Nord.

En Allemagne : total Freiheit (liberté totale)

L'Allemagne risque fort de devenir un pays d'exil pour les prostituées françaises – et pour leurs clients. Au-delà du Rhin, la prostitution est parfaitement légale.

Les plus : les prostituées déclarent leur activité et celle-ci se fait de manière réglementée par la loi. Les travailleurs du sexe payent donc un impôt correspondant au montant de leur revenu, et disposent d'une protection judiciaire en cas de violence ou de litige.

Les moins : la liberté qui entoure la prostitution dans le pays en fait un eldorado pour des réseaux de proxénètes aux pratiques plus que douteuses. Depuis 2004 et la loi sur la légalisation de la prostitution, de nombreuses dérives humanitaires ont été dénoncées. La féministe allemande Alice Schwarzer, proche de Simone de Beauvoir, décrit son pays comme un «paradis pour proxénètes».

Quant aux pays qui préconisent la pénalisation, ils ont tous observé un phénomène similaire : la fuite des travailleurs du sexe vers les pays voisins où leur activité est légale. C'est le cas de l'Irlande du Nord, que de nombreuses prostituées fuient pour travailler dans leur secteur.

En Irlande du Nord : No way (pas moyen)

En Irlande du Nord, la pénalisation des clients des prostituées est en vigueur depuis le début du mois de juin. Si la décision de Belfast est saluée par de nombreux acteurs de la vie politique, les travailleurs du sexe n'approuvent pas la mesure, qu'ils jugent dangereuse et injuste.

Les plus : en légiférant contre la prostitution, l'Irlande du Nord se targue d'être une pionnière en Europe de l'ouest. Son exemple a d'ailleurs inspiré plusieurs mouvements féministes en Écosse et en Angleterre, où le débat est revenu à l'avant de la scène. Quant aux effets de la loi sur le long terme, il faudra attendre pour savoir.

Les moins : les prostituées se prononcent quasiment unanimement contre la loi. La crainte de la criminalisation de leur activité est sur toutes les lèvres. Le danger d'une activité non réglementée est une clé de leur argumentaire. Une représentante de la Sex Workers' Alliance Ireland, intérogée par RT UK, affirme que la loi va «pousser les travailleurs de sexe dans la clandestinité et les mettre dans un plus grand danger».

La loi en France n'a plus que le Sénat à passer pour être promulguée. Aucun de nos voisins n'ayant trouvé de solution idéale pour légiférer sur la question, seul l'avenir nous dira si la direction prise aura été la plus adéquate.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales