Le général libyen Khalifa Haftar s'est rendu sur le porte-avions russe Amiral Kouznetsov

Le général libyen Khalifa Haftar s'est rendu sur le porte-avions russe Amiral Kouznetsov© Ruptly
L'Amiral Kouznetsov

L'homme fort de l'est libyen a effectué une visite sur le fameux bâtiment militaire russe situé en mer Méditerranée, d'où il s'est entretenu avec le ministre de la Défense russe par visioconférence.

Depuis le célèbre porte-avions russe Amiral Kouznetsov, le chef de l’«Armée nationale libyenne» (ALN) Khalifa Haftar a discuté avec le ministre de la Défense russe Sergueï Choïgou de la lutte contre le terrorisme au Moyen-Orient, a rapporté mercredi 11 janvier le ministère russe de la Défense, cité par l'agence RIA news.

L'échange s'est fait par visioconférence, le membre du gouvernement russe ne se trouvant pas sur le navire de guerre.

Encore présent en mer Méditerranée, le porte-avion Amiral Kouznetsov a quitté début janvier les eaux syriennes, où il s'était rendu avec une flotte militaire russe en novembre 2016, afin de soutenir les forces syriennes dans leur lutte contre les combattants rebelles.

Lire aussi : Images panoramiques spectaculaires du porte-avion russe Amiral Kouznetsov

L'homme fort de l'est libyen, Khalifa Haftar, avait déjà eu l'occasion de s'entretenir avec Sergueï Choïgou sur la «position de la Libye sur le sujet de l’armement», à la veille d’une rencontre avec le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, fin novembre 2016.

Le chef de l'«Armée nationale libyenne», concurrente du gouvernement de Tobrouk

A la tête de l'ALN présente à l'est du pays, le général Khalifa Haftar s'oppose à l'Etat Islamique mais aussi au gouvernement reconnu par la communauté internationale basé à Tripoli.

Depuis la chute de Mouammar Kadhafi, la Libye est complètement morcelée : à l'ouest, le gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par l'ONU et installé à Tripoli, lutte à la fois contre l'Etat islamique et des milices islamistes, et est contesté par le Premier ministre autoproclamé Khalifa Ghwell. A l'est, un gouvernement non reconnu par la communauté internationale appuie le général Haftar, qui combat lui aussi des forces islamistes. Le général bénéficie également du soutien de plusieurs Etats étrangers, tels que l'Egypte, les Emirats arabes unis et la Jordanie.

Lire aussi : La Libye proclame officiellement avoir repoussé Daesh hors de Syrte

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.