«Bluff total» : la Russie et WikiLeaks réfutent «le dossier» sur Trump et ses liens avec Moscou

«Bluff total» : la Russie et WikiLeaks réfutent «le dossier» sur Trump et ses liens avec Moscou© Carlos Barria Source: Reuters
Donald Trump

Le site d’information BuzzFeed a publié un rapport du renseignement britannique contenant de nombreuses informations compromettantes sur le président élu Donald Trump. La Russie et WikiLeaks ont déjà répliqué qu'il s'agissait d'un faux.

«Le Kremlin ne possède pas d’informations compromettantes sur Trump. Le rapport ne correspond pas à la réalité et n’est qu’une invention absolue», a dit le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov au sujet du «dossier» sur le président élu Donald Trump publié par le site d’information Buzzfeed. «C’est un bluff total, une fabrication absolue et un lot d'absurdités complètes», a-t-il ajouté.

WikiLeaks a également rendu son verdict sur cet article. «Le fichier PDF de 35 pages publié par Buzzfeed sur Trump n’est pas un rapport du renseignement. Le style, les faits et les données ne sont pas crédibles.»

Le site a en effet publié le rapport d’un «ancien agent du renseignement britannique», tout en reconnaissant à presque chaque paragraphe que les informations n’étaient pas vérifiées. Néanmoins, Buzzfeed affirme que ce texte a «circulé dans les plus hautes sphères du gouvernement américain» et «a acquis une fameuse réputation parmi les journalistes, législateurs et responsables du renseignement».

Lire aussi : Diaboliser la Russie pour faire mal à Trump, le nouveau jeu de l'establishment américain ?

WikiLeaks a publié sur son compte Twitter un e-mail du rédacteur en chef de Buzzfeed, Ben Smith, justifiant cet article par la volonté du site de partager ce dont il dispose avec ses lecteurs. «Les Américains peuvent se faire une idée des allégations au sujet du président élu qui ont circulé aux plus hauts niveaux du gouvernement américain», s’est défendu Ben Smith en ajoutant que la publication du dossier sur Donald Trump montrait comment Buzzfeed voyait le travail des journalistes en 2017.

Pourtant, Buzzfeed n'aurait fait que prendre au sérieux une histoire créée par un utilisateur du site 4chan. Comme le révèle 4chan lui-même, un de ses utilisateurs a inventé toute l’histoire et l’a envoyée à un consultant républicain en médias, Rick Wilson. Ce dernier, connu pour ses positions anti-Trump, l'a ensuite diffusée.

Des procédés qui rappellent l’Allemagne nazie

La réaction du président élu ne s’est pas fait attendre. Il s’est déchaîné en postant une série de tweets. Peu après la publication de l’article, il l’a qualifié de mensonger et a écrit sur son compte de Twitter : «Fake news : chasse aux sorcières politique absolue !»

Le lendemain, il a posté coup sur coup plusieurs tweets pleins d’émotion, affirmant que le rapport avait été «payé par des opposants politiques». «J’ai remporté l’élection facilement, un grand "mouvement" est confirmé et des opposants malhonnêtes essaient de rabaisser notre victoire ce faux. C’est triste !»

Donald Trump s’est aussi référé aux commentaires officiels de la Russie qui a démenti avoir un dossier sur lui et qui a répété ce qu’il avait déjà dit à plusieurs reprises : «La Russie n’a jamais essayé d’utiliser son influence sur moi. Je n’ai rien à faire avec la Russie : aucun accord, aucun emprunt, rien !»

Le prochain président américain a également fait remarquer que si ce rapport avait vraiment été rédigé par des services de renseignement, ces derniers n’auraient jamais permis que ce faux soit diffusé». «Un dernier coup sur moi. Habitons-nous l’Allemagne nazie ?», s’est-il interrogé.

Selon Buzzfeed, les informations compromettantes sur le prochain président des Etats-Unis sont légions. A en croire, le rapport publié par Buzzfeed, la Russie «entretient, soutient et assiste Trump depuis au moins cinq ans». Toujours selon le rapport, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, contrôlerait personnellement le dossier de Donald Trump «sur ordres directs de Poutine». Le document affirme également, sans fournir la moindre preuve, que lors de sa visite à Moscou en 2013 Donald Trump aurait invité des prostituées dans sa suite de l’hôtel Ritz Carlton et que les services de renseignement russes l'avaient mis sur écoute et avaient installé des caméras de surveillance dans le but de le faire chanter plus tard. Le rapport va jusqu'à indiquer que Donald Trump et le Kremlin auraient déjà échangé des renseignements.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.