Brésil : 56 morts lors d'une émeute dans une prison

Brésil : 56 morts lors d'une émeute dans une prison© Capture d'écran Google Maps
L'emplacement de Manaus, plus grand ville de l'Amazonie brésilienne

Un mouvement de rébellion dans un centre pénitencier de Manaus, au Brésil, a provoqué la mort de 56 détenus, dont certains ont même été décapités.

Quelque 60 personnes ont trouvé la mort dans l'insurrection sanglante de détenus de la prison de Manaus, a rapporté lundi 2 janvier Sergio Fontes, chef de la sécurité de l'Etat brésilien d'Amazonas, à la chaîne Globo TV, selon l'agence Reuters.

Le haut responsable a confié qu'il craignait que le nombre de morts découverts par les forces de l'ordre ne s'accroisse dans les heures à venir. L'émeute, a-t-il ajouté, a démarré dans la nuit du dimanche 1er janvier, avec pour élément déclencheur une rixe entre gangs de narcotrafiquants rivaux. Les violences ont pris fin dans la matinée du lundi 2 janvier.

Corps décapités, cadavres baignant dans le sang...

Sergio Fontes a en outre indiqué que 74 prisonniers avaient été pris en otage par leurs camarades émeutiers durant les événements, et que certains d'entre eux avaient été exécutés.

Selon le journal brésilien Manaus' Em Tempo, plusieurs corps décapités de détenus ont été jetés par-dessus les murs de la prison. Le média a en outre diffusé une vidéo dans laquelle peuvent être vus, floutés, des cadavres sanguinolents ainsi que des membres arrachés.

Attention : l'image ci-dessous peut heurter la sensibilité

© Capture YouTube, @Portal EM TEMPO

Ce drame est loin d'être le premier de ce type au Brésil, où quelque 600 000 personnes sont détenues. Ainsi, en octobre dernier, une rixe géante dans une prison de l'Etat de Roraima, au nord du pays, avait tourné au carnage, faisant 25 morts.

Lire aussi : Brésil : la police réprime au gaz lacrymogène les massifs défilés de soutien à Dilma Roussef

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.