En Israël, Estrosi donnera 50 000 euros d'argent public à une organisation œuvrant à la colonisation

En Israël, Estrosi donnera 50 000 euros d'argent public à une organisation œuvrant à la colonisation© KKL
Christian Estrosi plantant un olivier en Israël
Suivez RT France surTelegram

Christian Estrosi versera 50 000 euros du budget de la région PACA au Fonds national juif, une organisation israélienne dénoncée pour sa participation à la construction de colonies en Cisjordanie occupée sous couvert d'une activité de reboisement.

Le voyage de Christian Estrosi en Israël, décidé «après la dangereuse décision de l'ONU qui attaque la seule démocratie de la région» selon ses propres termes, se termine le 29 décembre. A l'occasion de sa visite, le président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA), Christian Estrosi s'est engagé à verser 50 000 euros d'argent public au Fonds national juif (KKL), sous couvert de la nécessité de replanter des arbres après les incendies ayant touché le pays en novembre. Le voyage a été financé par la région

Lire aussi : Kerry : «Israël peut être un Etat juif, ou démocratique, mais pas les deux»

«Avec le soutien de ma majorité régionale, une subvention de 50 000 euros sera versée au KKL par la région PACA pour contribuer au reboisement de la forêt détruite», a-t-il déclaré au cours d'une cérémonie où l'ancien maire de Nice a planté un olivier. 

«Je n'ai pas besoin de recevoir de remerciement. Lorsqu'on est frères on ne se remercie pas. Nous appartenons à la même famille, à la même équipe, nous défendons les mêmes convictions et les mêmes valeurs. On se soutient, on ne se fait jamais défaut», a-t-il poursuivi. 

Christian Estrosi a affirmé que la région PACA allait ainsi financer 5 000 arbres, dont 86 seraient «dédiés aux victimes de l'attentat de Nice» du 14 juillet dernier. 

Or, le KKL participe à des opérations bien plus larges que le simple reboisement de zones désertiques, tel qu'affiché par l'organisation. C'est ce qu'ont découvert des journalistes tels que l'Israélien Raviv Drucker, on encore des personnalités religieuses comme ceux représentés par l'organisation T'ruah (appel des rabbins pour les droits de l'homme). Le KKL est en effet impliqué dans des activités de construction de logements et autres infrastructures illégales en territoires palestiniens. Le site américain Forward mentionne ainsi plusieurs sites construits dans des colonies avec les fonds du KKL, à Ariel, Beit El, et même un «centre de propagande pro-colonies» à Gush Etzion.

Cet utilisation de l'argent public a lieu dans un contexte bien particulier, alors que la France a voté la résolution 2334 du Conseil de sécurité des Nations unies condamnant la politique israélienne de colonisation. L'adoption de cette résolution a été qualifié d'acte antisémite le plus grave de 2016 par le Centre Simon Wiesenthal

A ce propos, l'ancien maire de Nice a aussi rencontré le Premier ministre Benjamin Netanyahou afin de lui apporter «tout [son] soutien après la résolution de l'ONU contre Israël». Le député des Français de l'étranger Meyer Habib était aussi présent pour l'occasion. 

Lire aussi : Netanyahou dénonce un discours de Kerry contre Israël «biaisé» et obsédé par les colonies

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix