«Nous devons agir, y compris unilatéralement» : le discours très musclé d'Obama à l'armée américaine

«Nous devons agir, y compris unilatéralement» : le discours très musclé d'Obama à l'armée américaine Source: Reuters

Se félicitant des guerres d'Irak et d'Afghanistan «contre le terrorisme», Barack Obama a dit vouloir que «les USA restent la plus puissante force armée que ce monde ait jamais connue», tout en défendant le recours aux interventions unilatérales.

«Je crois que nous ne devons jamais hésiter à agir quand nécessaire, y compris unilatéralement, contre tout type de menace contre notre peuple.» C'est en ces termes que Barack Obama s'est adressé aux forces armées américaines, ce mardi 6 décembre, au cours ce qui est l'un de ses tout derniers discours en tant que président des Etats-Unis, depuis la base aérienne de MacDill à Tampa en Floride.

Livrant sa vision de l'avenir de la «lutte contre le terrorisme», Barack Obama a tenu à réaffirmer le leadership mondial des Etats-Unis, qu'il ne souhaite pas voir remis en cause dans le futur.

Je crois que les Etats-Unis doivent rester la plus puissante force armée que ce monde ait jamais connue.

Il a adopté, à l'occasion de ce discours, un ton extrêmement ferme, sans oublier de flatter le prestige de l'armée des Etats-Unis. «Je crois que les forces armées de notre pays peuvent accomplir n'importe quelle mission», a-t-il ainsi affirmé, devant une assistance enthousiaste qui l'a, à de nombreuses reprises, acclamé. 

Revenant sur les actions conduites en Afghanistan et en Irak par les Etats-Unis, il s'est félicité qu'Al Qaida ne soit plus aujourd'hui «que l'ombre de ce qu'elle était le 11 septembre 2011». Selon lui, la «préoccupation permanente» des Etats-Unis dans ces pays a été de «démanteler les réseaux terroristes d'Al-Qaida ou de l'Etat islamique». Il a néanmoins estimé qu'«il serait déraisonnable et intenable de demander à notre armée de construire des nations à l'autre bout du monde, ou de résoudre leurs conflits», indiquant que la  consolidation des «Etats régionaux capables d'assurer une sécurité durable» devait leur permettre d'«assumer leur part du combat».Alors que Barack Obama cédera le pouvoir dans quelques semaines à son successeur, Donald Trump, la Maison Blanche a annoncé le 5 décembre dernier avoir préparé un nouveau rapport sur l'«Autorisation d'utiliser la force militaire» dans des pays étrangers. Au long de ses huit années de présidence, les opérations américaines à l'étranger n'ont pas cessé, toujours en s'inscrivant dans le cadre de la «lutte contre le terrorisme».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales