Le Royaume-Uni pourrait héberger des ogives nucléaires américaines pour contrer «l’activité russe»

 Philip Hammond  © Kevin Coombs Source: Reuters
Philip Hammond

Le ministre britannique des Affaires étrangères Philip Hammond a déclaré qu’il n’était pas exclu de disposer des ogives nucléaires américaines sur le territoire du Royaume-Uni mais que ce serait un acte «très délicat».

On a vu des «signes assez inquiétantes d’augmentation des niveaux d’activité de la part des forces russes et des forces séparatistes contrôlées par Moscou» en Ukraine, a-t-il confié au journaliste de la BBC Andrew Marr.

Selon des informations diffusées dans les médias la semaine dernière, Washington réfléchit à dénoncer un traité signé pendant la Guerre froide avec Moscou et à redéployer des missiles nucléaires à moyenne portée en Europe dans un effort pour contrer ce qu’il appelle «l’agression russe».

A la question de savoir si le Royaume-Uni hébergerait des têtes nucléaires américaines, Philip Hammond a répondu : «Ce serait une décision que nous prendrions ensemble si une telle proposition était sur la table. Nous examinerions les pour, les contre et tirerions une conclusion».

 Un missile à moyenne portée Poseidon UGM-73 Poseidon  © Wikipédia
Un missile à moyenne portée Poseidon UGM-73 Poseidon

Le ministre britannique se dit particulièrement préoccupé par la «doctrine de guerre russe asymétrique» qui comprend, selon lui, l’usage présumé d’«intermédiaires litigieux» et la disposition d’armes nucléaires dans l’enclave côtière de Kaliningrad, située entre la Pologne et la Lituanie.

D’après Philip Hammond, il faut adresser à la Russie un «signal clair» qu’on «ne lui permettra pas de franchir notre ligne rouge». Quant à savoir si le déploiement d’armes nucléaires américaines constituerait un tel signal, il a répondu que «c’était possible mais qu’il s’agissait d’une décision extrêmement délicate à prendre».

Selon lui, la Russie éprouve «un sentiment d’encerclement et d’être attaquée», soulignant qu’il ne voulait pas créer «de provocations inutiles».

De toute façon, l’hébergement de têtes nucléaires américaines au Royaume-Uni reste une perspective lointaine pour l’instant.

Le Royaume-Uni possède de son propre arsenal nucléaire qui fait partie du programme Trident. Il comprend environ 200 têtes nucléaires placées dans plusieurs sous-marines stationnés en Ecosse. Les propositions récentes de moderniser cet arsenal ont suscité une vague de fortes protestations.

La Russie a prévenu que le possible redéploiement de missiles nucléaires américains en Europe pourrait augmenter les tensions existantes au lieu de garantir la sécurité des Etats-Unis. Moscou a accusé Washington de violer le Traité FNI de 1987 et d’attiser la guerre informatique pour discréditer la Russie à tout prix.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales