Donald Trump : le top 10 de ses déclarations les plus fracassantes

Donald Trump : le top 10 de ses déclarations les plus fracassantes
Donald Trump à Miami, le 2 novembre 2016, ©Carlo Allegri/Reuters

Depuis l'annonce de sa candidature, le magnat de l'immobilier new-yorkais a bousculé les codes de la politique américaine et du politiquement correct, au grand dam parfois d'Hillary Clinton. Rappel des meilleures sorties d'un candidat atypique.

Mettre Hillary Clinton «en prison»

Lors du deuxième débat télévisé, le 9 octobre 2016, Donald Trump promet de poursuivre Hillary Clinton en justice s'il est élu président des Etats-Unis. «C'est rassurant que quelqu'un avec le caractère de Donald Trump ne soit pas chargé des lois dans notre pays», rétorque alors la candidate démocrate. Et Donald Trump de saisir la balle au bond : «... parce que vous seriez en prison», lance-t-il. Donald Trump Hillary Clinton : 1-0.

Accepter le verdict des urnes ? On verra

Lors du débat télévisé du 19 octobre dernier, interrogé par le présentateur animateur Chris Wallace sur le fait de savoir s'il accepterait de reconnaître la légitimité d'Hillary Clinton au cas où elle serait élue, Donald Trump n'hésite pas à faire part de ses réserves quant à la candidate démocrate. Il n'hésite pas à la qualifier régulièrement de «crooked Hillary», à savoir d'escroc malhonnête et corrompu, qu'il voit plutôt en prison qu'à la tête des Etats-Unis : «Ce que je dis c'est que je vous le dirai le moment venu. Je garde le suspense».

Un jour plus tard, répondant au tollé des défenseurs de cette tradition «démocratique» qui veut que le perdant reconnaisse sa défaite, Donald Trump précise sa pensée : «Je voudrais faire la promesse et le serment à tous mes électeurs et supporters, ainsi qu'au peuple des Etats-Unis que j'accepterai le résultat de ce scrutin historique», déclare-t-il avant d'ajouter : «Si je gagne».

Désarmer les gardes du corps d'Hillary Clinton

Prenant au mot la candidate démocrate qui prône un contrôle plus strict des armes à feu, Donald Trump propose de priver les gardes du corps d'Hillary Clinton de leurs armes. «Je pense qu'ils devraient laisser tomber toutes leurs armes», déclare-t-il lors d'un meeting à Miami en septembre 2016. «Prenez leur leurs armes, elle ne veut pas d'armes. Prenez-les et voyons ce qu'il lui arrivera... Ok, ce sera très dangereux pour elle»

Donald Trump et les femmes  : «Des discussions de vestiaire»

Après la publication de vidéos de 2005 désormais célèbres, dans le cadre de l'émission Access Hollywood, et dans lesquelles Donald Trump se vantait de pouvoir toucher et embrasser les femmes sans en avoir la permission, le candidat républicain a balayé d'une main les critiques, qualifiant ses propos d'alors de «discussions de vestiaire», précisant qu'il ne s'agissait que de mots et non d'actes. Depuis, de nombreuses femmes se sont toutefois manifestées, accusant Donald Trump de comportements inappropriés.

«Si je n'étais pas son père...»

Dans une interview pour le magazine Rolling Stone, en septembre 2015, Donald Trump, quelque peu grivois plaisante au sujet de sa fille Ivanka Trump : «Ouais, c'est quelque chose, quelle beauté celle-là. Si je n'étais heureux en ménage et si, voyez-vous, je n'étais son père...»

Mais ce n'est pas la première fois que Donald Trump joue avec les limites concernant sa fille. Le co-actionnaire des sociétés Miss Univers et Miss Teen Univers regrettait déjà dans le New York Magazine en 2004 que sa fille ait un petit ami. Parmi ses nombreux commentaires déplacés concernant la «volupté» de sa fille ainsi que ses mensurations – Ivanka a été top model –, Donald Trump évoque, sur le ton de la blague, qu'il ne dirait pas non à un rendez-vous galant avec sa fille.

Encourager la Russie à pirater Hillary Clinton

Donald Trump ne voit aucun inconvénient à ce que l'on pirate les mails d'Hillary Clinton. Surfant sur les accusations de sa rivale, laquelle voit des Russes partout, Donald Trump appelle la Russie à retrouver les quelques 30 000 emails qui ont disparu, effacés à la suite d'une «mauvaise manipulation», avant qu'Hillary Clinton ne transmette, contrainte et forcée, sa correspondance électronique au FBI dans le cadre de l'enquête sur l'attaque de l'ambassade américaine en Libye de Benghazi.

«Les Russes, si vous m'écoutez, j'espère que vous saurez retrouver les 30 000 mails qui manquent», lance-t-il lors d'une conférence de presse en juillet 2016, «je pense que vous serez largement récompensés par notre presse».

Poutine est un leader, bien plus que notre président

Toujours dans le registre de la provocation, et dans une atmosphère de russophobie, tandis qu'Hillary Clinton accuse la Russie d'être impliquée dans le piratage de ses mails compromettants, Donald Trump agite le chiffon rouge dans l'espoir de piquer au vif le camp démocrate. Relevant la cote de popularité de Vladimir Poutine, crédité de plus de 80 % d'opinions favorables en Russie, Donald Trump déclare que bien qu'il «n'aime pas» le «système» russe, Vladimir Poutine s'est révélé être un «leader, bien plus que [Barack Obama] ne l'a été».

Barack Obama est le «fondateur de Daesh»

Lors d'un meeting en Floride en août 2016, Donald Trump s'en prend au président en exercice, Barack Obama, qu'il qualifie de «fondateur de Daesh». «Daesh fait allégeance au président Obama», argumente-t-il, «et je dirais que son cofondateur serait Hillary-Clinton-la-malhonnête».

Empêcher les musulmans d'entrer aux Etats-Unis

Dans un communiqué posté sur son site web en décembre 2015, Donald Trump appelle à une «fermeture totale et complète des frontières aux musulmans». La déclaration fait suite aux attentats de Paris du 13 novembre 2015 dans un climat d'inquiétude planétaire. «Les Etats-Unis ne peuvent être victime d'attaques  horribles de la part d'individus qui ne croient que dans le djihad et n'ont aucun respect pour la vie humaine», estime alors le candidat républicain.

En juin 2016, Donald Trump semble mettre de l'eau dans son vin, précisant qu'il proposait de bloquer l'immigration venant uniquement des pays où le terrorisme est endémique. «Il s'agit de terrorisme, pas de religion, explique-t-il, il s'agit de musulmans originaires de pays qui soutiennent le terrorisme». 

Les immigrés mexicains apportent «le crime et sont des violeurs»

Quand le Mexique nous envoie ses habitants, il n'envoie pas les meilleurs», explique Donald Trump lors de sa déclaration de candidature. Au contraire, ceux qui cherchent à émigrer vers les Etats-Unis sont ceux «qui ont beaucoup de problèmes, et ces problèmes, ils nous les apportent. Il amènent avec eux la drogue, ils apportent le crime. Ce sont des violeurs».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.