L'Eglise anglicane en crise face à l’augmentation du nombre de musulmans et d’athées au Royaume-Uni

 La cathédrale d’York Source: Reuters
La cathédrale d’York

Une nouvelle enquête sociale montre que l’Eglise anglicane a perdu quelques 4,5 millions de croyants en dix ans, alors que le nombre d’athées atteint dorénavant la moitié de la population.

Alors que le nombre de croyants de l’Eglise anglicane décline depuis 30 ans, une accélération évidente s’est produite durant la dernière décennie. Le nombre des anglicans au Royaume-Uni est désormais de 8,5 millions de personnes, soit 17% de la population, alors qu’il était encore de 40% en 1983. Par ailleurs, 5% de la population du Royaume Uni est aujourd’hui musulmane.

L’ancien archevêque de Canterburry, Lord Carey, a exprimé ses inquiétude face à ces statistiques. «Ces chiffres nous appellent à agir immédiatement. Je n’ai aucun doute que tous les archevêques, soutenus par tout le haut clergé du Royaume-Uni, font tout leur possible pour renverser cette tendance», a-t-il déclaré selon les médias britanniques.

L’Islam a connu une croissance inédite, le nombre de musulmans est passé de 0,5% de la population en 1983 à 5% en 2014. Le nombre total de personnes qui ont affirmé leur appartenance à une religion autre que le christianisme est, quant à lui, passé de 2% en 1983 à 8% en 2014. Avec une proportion de 49%, les Britanniques sont aujourd’hui principalement athées.

Cependant, les positions des autres religions chrétiennes sont restées stables. Le nombre de méthodistes, de presbytériens et de catholiques reste au même niveau qu’en 1983. Les catholiques représentent 8% de population et les autres chrétiens, 17%.

Naomi Jones, chef des attitudes sociales au sein de l’institut NatCen a estimé dans une déclaration que l’explication principale du déclin était «le facteur des générations». «Chaque génération est moins religieuse que la précédente. A mesure que les générations plus vieilles meurent, la population dans son ensemble devient moins religieuse», a-t-elle expliqué. Elle a également noté que parmi tous les courants chrétiens, seule l’Eglise anglicane était en déclin, ce qui pourrait être causé partiellement provoqué par l’immigration.

«Le nombre de catholiques et de non-chrétiens au Royaume-Uni a pu être complété par des migrants avec des fermes croyances religieuses», a-t-elle encore estimé. Enfin, selon Naomi Jones, de moins en moins de personnes estiment qu’il est important d’être chrétien lorsqu’on est britannique.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales