Le Premier ministre belge Charles Michel dénonce la «radicalisation» de la Wallonie sur le CETA

Le Premier ministre belge Charles Michel dénonce la «radicalisation» de la Wallonie sur le CETA© Emmanuel Dunand Source: AFP

S’exprimant sur l’avenir du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada (CETA), Charles Michel a fait part de son inquiétude quant à la position du gouvernement wallon, qui refuse toujours de ratifier le texte controversé.

«On a passé la nuit à tenter de trouver des formules, des solutions. J'ai moi-même eu un contact avec Justin Trudeau, afin de voir quelles étaient encore les capacités de prendre en compte les préoccupations exprimées [sic]», a déclaré le Premier ministre belge alors que l’approbation du traité reste suspendue au «non» wallon.

«Je ne suis pas rassuré parce que j'ai le sentiment qu'il y a une radicalisation des positions du côté du gouvernement wallon», a ajouté Charles Michel lors de son arrivée au sommet européen de Bruxelles le 21 octobre.

La signature du traité de libre-échange avec le Canada reste au programme des discussions du sommet européen qui se tient les 20 et 21 octobre à Bruxelles, même si elle est suspendue à la décision du parlement de Wallonie.

Avant le début du sommet, le président du Conseil européen Donald Tusk a cherché à faire pression sur la Belgique, estimant que l’échec du CETA pourrait compromettre tout accord commercial avec d’autres pays à l’avenir et en assurant qu’il redoutait que «le CETA puisse être [le] dernier accord de libre-échange [de l'UE]».

La Wallonie ne cède pas

De son côté, le chef du gouvernement wallon Paul Magnette, a estimé que les avancées obtenues lors des négociations en cours entre Bruxelles et le Canada n’étaient pour l’heure pas suffisantes pour que la Wallonie modifie sa position.

«Il y a de nouvelles avancées significatives qui sont faites, notamment sur le dossier agricole. En revanche, il reste des difficultés pour nous, en particulier sur le dossier de l'arbitrage» a-t-il indiqué devant le Parlement régional de Namur ajoutant : «Ceci me paraît encore insuffisant.»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Qui est pour vous le principal fossoyeur de la gauche en 2017 ?

Résultats du sondage