Quand un végan fait plier l’armée suisse

L'armée suisse est maintenant ouverte aux végans ! Source: Reuters
L'armée suisse est maintenant ouverte aux végans !

Antoni Da Campo, citoyen helvète qui s’était vu refuser le droit de faire son service militaire à cause de ses convictions véganes vient d’obtenir gain de cause devant la justice. Ce sera à l’armée suisse de s’adapter.

L’affaire représente un tournant majeur pour tous les adeptes du véganisme en Suisse. Antoni Da Campo, partisan total de ce type de régime alimentaire et membre de l’antenne suisse de PEA, une organisation de défense des animaux pourra bien effectuer son service militaire.

Alors qu’il avait passé tous les tests avec succès, l’armée suisse l’avait déclaré «inapte» au service en décembre dernier. Son régime alimentaire particulier et le fait qu’il ne veuille pas porter de bottes en cuir avaient joué en sa défaveur. Il avait pourtant offert de s’acheter ses propres bottes en synthétique.

Interrogé à l’époque par The Local, Antoni Da Campo s’était montré scandalisé par cette décision : «Ils m’ont déclaré doublement inapte. Ce qui signifie que je ne peux pas faire le service civil non plus. C’est pour cette raison que je trouve cette décision discriminatoire et arbitraire.»

Il se trouve qu’une telle sentence de l’armée a d’autres conséquences que de priver un individu de son devoir civique. Le service militaire est obligatoire en Suisse. En cas de non réalisation, le citoyen se voit infliger une taxe sur ses revenus jusqu’à ses 30 ans.

Parcours du combattant

Bien décidé à se battre, le jeune homme a porté l’affaire en justice à la Cour d’appel de Lausanne en mars dernier. Sans succès. Pas abattu par ce nouveau revers, il a saisi la Cour fédéral administrative arguant que la décision de l’armée allait à l’encontre du respect auquel à droit chacun quant à ses convictions personnelles.

Se confiant à The Local, Antoni Da Campo soulignait qu’il n’existait aucune base légale pour déclarer un individu végan inapte au service militaire. Selon lui, lui demander de payer une taxe à cause de ses convictions philosophiques constitue une discrimination et une violation du principe de proportionnalité.

Visiblement, la Cour fédéral administrative a été sensible à ces arguments puisque qu’elle a ordonné que les deux parties trouvent une solution. L’armée a cédé et a décidé de finalement déclarer Antoni Da Campo «apte» au service.

Une décision qui a ravi le jeune homme «Il y a de plus en plus de végans au sein de notre société et je suis content de voir que l’armée, comme toutes les institutions publiques, choisisse de s’adapter à cette nouvelle réalité.»

«Les végans devraient avoir les mêmes droits et devoirs que tout autre citoyen et ne pas être forcés de payer des taxes juste parce qu’ils refusent de porter des bottes fabriquées par le meurtres d’animaux», a lancé le jeune homme avec un certain sens de la formule.

Une organisation à mettre en place

Comme il l’a déclaré à 24 Heures, Antoni Da Campo ne sait pas encore exactement comment l’armée va gérer sa condition : «Pour la nourriture, il sera peut-être possible d’obtenir une petite somme d’argent pour faire mes propres achats.» Quant aux bottes, il achètera son propre modèle végan.

Pour le défenseur de la nature, le service militaire n’est pas incompatible avec ses convictions comme il l’a expliqué à The Local : «Je considère comme injuste de tuer des animaux pour des pratiques humaines non nécessaires. Cependant, défendre la démocratie et mes compatriotes en cas d’agression par un pays étranger me semble parfaitement légitime.»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales