OSCE : des pièces d’artillerie interdites par les accords de Minsk utilisées dans le Donbass

Une maison d'habitation détruite par les bombardements à GorlovkaSource: RIA NOVOSTI
Une maison d'habitation détruite par les bombardements à Gorlovka

L’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe a confirmé que des obus de 122 mm, dont l’utilisation est interdite par les accords de Minsk II, avaient été utilisés lors du dernier bombardement sur le quartier résidentiel de Gorlovka.

«Nos observateurs ont pu y accéder hier pour préparer un rapport sur ce qui s’est passé mardi. Les tirs ont commencé vers 18h00 (locales) à plusieurs endroits de Gorlovka», a expliqué jeudi sur RT Michael Bociurkiw, le porte-parole de la mission spéciale de l’OSCE en Ukraine.

«Il s’agissait d’obus d’artillerie de 122 mm. Il s’agit clairement d’armes interdites en vertu les accords de Minsk», a-t-il ajouté.

Mardi, un obus a touché une maison d’habitation dans le quartier résidentiel de la ville de Gorlovka, dans la région de Donetsk. Trois civils, dont une fille de 11 ans, ont été tués dans cette attaque.

EN savoir plus : Un obus ukrainien décime une famille dans le Donbass

La ville a été bombardée à plusieurs reprises depuis le début de l’opération anti-terroriste lancée par Kiev dans l’est de l’Ukraine. Le commandant en chef des forces rebelles Edouard Bassourine a accusé l’armée ukrainienne de ce dernier épisode.

Selon Bociurkiw, qui a confirmé la mort de trois civils, les populations civiles sont celles qui ont le plus souffert lors du cessez-le-feu «assez fragile» qui règne dans la région depuis le mois de mars dernier.

«La mission d’observation de l’OSCE reste très mobilisée par la supervision du retrait supposé des armes lourdes, qui n’a pas été accompli. L’artillerie continue d’être déplacée par les deux partie au conflit. En plus, nous faisons face à la difficulté de nous assurer qu’une fois retirées du front, ces armes restent à l’écart du front», a fait savoir Bociurkiw.

«La semaine dernière nous avons lancé près de 80 patrouilles ne serait-ce que dans l’Est», a-t-il encore précisé en soulignant que «ces derniers jours, la situation s’est visiblement détériorée». A Chirokino, une ville près de la ligne de front, à Gorlovka et à Donetsk des centaines d’explosions se sont faites entendre, dont plusieurs dans des quartiers d’habitation, a déploré le responsable.

«Les deux parties se trouvent très proches l’une de l’autre et lorsqu’un côté ouvre le feu cela déclenche la riposte de l’autre», a conclu Bociurkiw.

Dans son dernier rapport publié mercredi, la mission spéciale de l’OSCE en Ukraine a indiqué que le nombre de violations du cessez-le-feu avait diminué dans la zone qui entoure l’aéroport de Donetsk.

Concernant le bombardement de Gorlovka, les observateurs ont fait état de neuf impacts au sol dans un rayon de 200 mètres, dans trois quartiers résidentiels distincts. «La mission a considéré que les cratères ont été causés par des tirs d’artillerie venant du nord, nord-ouest», précise encore le rapport. «Selon les services d’urgence de la République autoproclamée de Donetsk et les habitants locaux, un homme de 28 ans et sa fille de 11 ans ont été tué sur le coup par un obus, alors que sa femme et deux autres enfants ont été hospitalisés pour de graves blessures».

En avril, l’OSCE avait noté que le cessez-le-feu fragile dans l’est de l’Ukraine avait été violé à plusieurs reprises par «une partie tierce non-identifiée». Le rapport de l’OSCE n’a pas mentionné d’où venaient les coups de feu, ni l’identité des provocateurs.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales