Kunduz : un an après la frappe américaine, l'hôpital de MSF est toujours en ruines

Source: Reuters

Le 3 octobre 2015, les Américains ont lancé une série de frappes contre un hôpital de Médecins sans Frontières en Afghanistan, tuant 42 personnes, dont trois enfants. Malgré le drame, les combats ne cessent de toucher les structures médicales.

«Au cours de l’année écoulée, 77 autres bombardements sur des structures médicales soutenues ou gérées par MSF ont été dénombrés en Syrie et au Yémen», a déclaré Christopher Stokes, le directeur général de Médecins sans Frontières, devant les journalistes, dans un hommage aux victimes de l’attaque de Kunduz le 3 octobre 2015.

Lors de son allocution, il a mis en évidence qu’une guerre «sans limites» mène à un «champ de bataille sans médecins». Malgré les promesses, la situation dans le monde ne s’est pas améliorée et les hôpitaux sont toujours pris pour cible, coûtant la vie à de nombreux patients, médecins et infirmiers. 

«La situation est sans précédent. Les hôpitaux sont maintenant devenus des champs de bataille», a-t-il regretté, en soulignant qu’on les frappe désormais «systématiquement» dans le cadre de la guerre contre le terrorisme.

La destruction de l’hôpital traumatologique de Kunduz ainsi que les attaques meurtrières contre des établissements de soins en Syrie et au Yémen ont amené le Conseil de sécurité des Nations unies à adopter la résolution 2286, en mai 2016. Cette dernière condamne fermement les attaques contre des structures de santé et exige de tous les acteurs du conflit qu’ils respectent leurs obligations en vertu du droit international. Mais cela n'a pas changé grand-chose, d’après Christopher Stokes, qui accuse les Etats signataires d’hypocrisie. 

«D’une main, ils signent la résolution garantissant la protection des établissements de santé, et de l’autre, ils restent directement impliqués ou complices d’attaques contre des professionnels de la santé et des patients dans les zones de conflits», a-t-il poursuivi.

De plus, MSF s’indigne que les parties belligérantes fuient leurs responsabilités en qualifiant leurs attaques «d’erreurs» tragiques.

«Aucune des sept frappes aériennes menées sur des hôpitaux cette année n’a fait l’objet d’une enquête indépendante par un organe international. En cause, l’absence totale de volonté des Etats de laisser un organisme extérieur enquêter sur leurs pratiques militaires», a-t-il déploré. 

Lire aussi : MSF se retire du nord du Yémen à cause des «bombardements aveugles» de la coalition

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales