Lavrov à l’ONU : ne laissons pas l’accord américano-russe sur Damas s’effondrer

© Lucas Jackson Source: Reuters

A l’Assemblée générale de l’ONU à New York, le chef de la diplomatie russe a précisé qu’après que la Russie avait aidé Damas à empêcher la chute et la désintégration de l’Etat, il fallait attirer l’attention sur l’accord entre Washington et Moscou.

«En grande partie grâce à l’aide militaire russe, fournie au gouvernement syrien légitime en réponse à sa demande, il a été possible d’éviter l’effondrement du pays sous la pression des terroristes», a déclaré Sergueï Lavrov au cours du débat général de la 71e session ordinaire de l’Assemblée générale des Nations unies à New York.

«Maintenant, le principal but est d’empêcher l’effondrement de ces dispositions [entre la Russie et les Etats-Unis], enquêter de manière objective et impartiale sur les incidents ayant touché Deir ez-Zor et Alep, en particulier, car il y a beaucoup de gens qui veulent saboter les avancées obtenues sur le règlement du conflit syrien», a-t-il poursuivi.

Le 18 septembre, les Etats-Unis avaient plaidé une «erreur» après le bombardement des troupes gouvernementales syriennes près de Deir ez-Zor par les avions américains. Plusieurs dizaines de soldats syriens avaient alors été tués par la coalition sous commandement américain, qui pensait frapper des positions de l'Etat islamique.

Lire aussi : Le torchon brûle entre Washington et Moscou après la frappe américaine qui a tué 62 soldats syriens

Ainsi, le ministre russe a souligné qu’«il est essentiel de satisfaire la demande du Conseil de sécurité des Nations unies [CSNU] de dissocier la soi-disant opposition modérée des terroristes. Ici, une responsabilité particulière en incombe aux Etats-Unis et les membres de leur coalition».

«Leur refus ou l’incapacité de le faire dans les circonstances actuelles ne peuvent que renforcer le soupçon qu’il a été tenté de mettre le Front al-Nosra hors de danger et que les plans pour un changement de régime sont toujours sur la table», a-t-il fait savoir, ajoutant que ce serait une «grave violation» de la résolution du CSNU.

De plus, le ministre russe a mis en évidence que «la résolution de la crise en Syrie sera impossible sans la suppression de Daesh, le Front al-Nosra et d’autres groupes terroristes, qui les ont rejoint. Cela est la clé pour le renforcement de la cessation des hostilités et la réalisation d’un cessez-le-feu à l’échelle nationale».

Lire aussi : John Kerry estime que Moscou veut noyer le poisson en Syrie : désintox ! (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales