La justice suédoise sera autorisée à interroger Julien Assange à Londres le 17 octobre prochain

Source: AFP

Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, pourra s'expliquer devant la justice suédoise : accusé de viol dans ce pays, il est reclus depuis quatre ans à l'intérieur de l'ambassade de l'Equateur à Londres pour éviter d'être extradé aux Etats-Unis.

Un procureur équatorien, un procureur suédois et un enquêteur de la police suédoise ont été autorisés à interroger Julian Assange à l'intérieur de l'ambassade de l'Equateur dans la capitable britannique. Cet interrogatoire a été fixé à la date du 17 octobre.

Le procureur Wilson Toainga sera à la  manœuvre, en présence des deux représentants du parquet suédois. Les questions qui seront posées à Julian Assange ont été préparées par le ministère suédois de la Justice.

Le mois dernier, les autorités équatoriennes avaient confirmé qu'elle permettraient à la justice suédoise d'interroger Julian Assange. Ce dernier vit en résidence surveillée, coincé depuis le mois de juin 2012 à l'intérieur de l'ambassade de cet Etat sud-américain afin d'éviter une extradition vers la Suède ou vers les Etats-Unis, qui veulent également que le lanceur d'alerte réponde de différentes accusations portées à son encontre, concernant notamment la diffusion de cables diplomatiques, censés rester confidentiels. 

En Suède, le fondateur du site WikiLeaks est accusé de viol, ce qu'il nie catégoriquement. Si Julian Assange a refusé de se rendre en Suède pour être interrogé par la justice, c'est justement parce qu'il redoute que l'accord d'extradition existant entre Stockholm et Washington ne l'envoie aux Etats-Unis où il devrait alors répondre des accusations d'espionnage portées contre lui. Il serait alors passible d'une peine de prison d'une durée de 35 ans ou de la peine de mort pour son rôle dans la publication par le site WikiLeaks de documents américains classés secrets défense.

En février 2016, le groupe de travail de l'ONU sur la détention arbitraire avait estimé que la Suède et la Grande-Bretagne enfreignaient les droits du fondateur de WikiLeaks, puisque la situation dans laquelle il était contraint de vivre l'empêchait de se défendre et restreignait considérablement sa liberté de mouvement.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales