ONU : la violence a baissé en Syrie après le cessez-le-feu négocié par la Russie et les Etats-Unis

Source: Reuters

L'émissaire de l'ONU pour la Syrie s'est félicité de la «baisse significative de la violence» depuis la trêve qu’il estimait être celle de la «dernière chance» pour permettre à la Syrie de sortir du chaos dans lequel elle était plongée depuis 2011.

Même si moins de 48 heures se sont écoulées depuis le début de la trêve qui est entrée en vigueur à 19h (heure locale) le 12 septembre, l'ONU a déjà constaté une amélioration «radicale» de la situation en Syrie.

«Les sources sur place, y compris à Alep, ont annoncé que la situation s’était radicalement améliorée à cause de l’absence de frappes aériennes. Il est évident qu’il s’agit d’une baisse significative de la violence», a annoncé l’envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, devant les journalistes à Genève.

 

En mentionnant toutefois des violences isolées, il a précisé que l’absence de frappes permettrait aux convois humanitaires d’apporter de l’aide dans les zones assiégées, ce qui est pour le moment impossible pour des raisons de sécurité.

«Il faut des garanties que les conducteurs et les convois ne seront pas touchés», a-t-il poursuivi.

La trêve temporaire en Syrie négociée par la Russie, les Etats-Unis, avec le concours des rebelles «modérés», pourrait mettre fin aux hostilités. Si cette trêve parvenait à durer une semaine, conformément aux engagements pris à Genève le 10 septembre par le secrétaire d’Etat américain John Kerry et son homologue russe, Sergueï Lavrov, alors Moscou et Washington procéderaient à des bombardements conjoints sur les positions des terroristes, à savoir l’Etat islamique et le Front Fatah al Cham, nouvelle appellation du Front Al-Nosra depuis qu’il a annoncé s’être distancié d’Al-Qaïda.

Les positions des djihadistes appartenant à ces deux organisations ne sont pas comprises dans le cessez-le-feu en vigueur depuis le 12 septembre, une date depuis laquelle la télévision syrienne rapporte que des tirs n’ont été entendus qu’à 23 reprises.

Lire aussi : Le Pentagone admet la mort de civils lors de frappes américaines en Syrie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales