Terrorisme : la France veut un plan mondial de lutte contre les messageries cryptées comme Telegram

© Thomas White

Le ministre français de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a indiqué que la France allait concerter avec l’Allemagne une offensive internationale contre les services de messagerie cryptée comme Telegram, utilisés pour préparer des attentats terroristes.

Bernard Cazeneuve a annoncé qu’il rencontrerait son homologue allemand, Thomas de Maizière, le 23 août à Paris, pour discuter d’une initiative européenne visant à lancer un plan international de lutte contre les technologies particulièrement prisées des djihadistes.

Délaissant de plus en plus les réseaux sociaux traditionnels, les groupes terroristes tels que Daesh se tournent en effet progressivement vers des applications cryptées telles que Telegram, compliquant considérablement la tâche des services de renseignement.

«De nombreux messages au sujet de l’exécution d’attaques terroristes sont envoyés en utilisant le cryptage ; c’est un problème central dans la lutte contre le terrorisme», a indiqué Bernard Cazeneuve à l’agence de presse Reuters après une réunion du gouvernement français sur le thème de la sécurité.

Il a ensuite indiqué qu’il avait déjà soumis plusieurs propositions concrètes au ministre allemand de l’Intérieur.

Adel Kermiche et Abdel Malik Petitjean, les deux auteurs de l’attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray contre un prêtre, le 26 juillet dernier, s’étaient rencontrés sur Telegram quelques jours avant les faits.

Le 8 août, une mineure radicalisée avait elle aussi utilisé cette application pour appeler à commettre un attentat, avant d'être interpellée à Melun, en Seine-et-Marne.

Utilisé aux quatre coins du monde, Telegram se présente comme un service de messagerie ultra-sécurisé où toutes les données fournies sont entièrement cryptées, rendant le traçage de ses utilisateurs quasi-impossible.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales