Afghanistan : un père vend sa fille de 6 ans à un imam pour une chèvre et un sac de riz (VIDEO)

En Afghanistan, un père dans la pauvreté a accepté de vendre sa très jeune fille à un imam de 55 ans, contre une chèvre et un peu de nourriture. Une pratique pourtant interdite par la législation du pays.

Un père a accepté de vendre sa fille de six ans, prénommée Gharibgol, à un dignitaire religieux de 55 ans en échange d’une chèvre, d’un sac de riz, de thé, de sucre, et de quelques litres d’huile de cuisson. Cette scène a eu lieu dans la région du Ghor en Afghanistan et filmée par un journaliste de France 24.

En Afghanistan la loi prévoit pourtant qu’une femme ne peut se marier qu'à partir de 16 ans, contre 18 ans pour un homme.

L'imam a été arrêté par la police alors qu'il passait la nuit chez un cousin éloigné. Ce dernier, croyant que Gharibgol était la fille du dignitaire religieux, aurait prévenu les autorités dès qu'il a vu que son hôte dormait nu avec la fillette. Il aurait demandé au mollah si la jeune fille était son enfant et ce dernier aurait alors admis qu'il s'agissait de sa femme et qu'il l'avait achetée quelques jours plus tôt à son père. 

Le père de la jeune fille a lui aussi été arrêté par la police. Dans cette vidéo, on peut voir plusieurs femmes afghanes, informées du comportement du père de famille, le prendre à partie et le frapper. 

Gharibgol vit désormais avec sa mère. Selon des tests médicaux réalisés sur la fillette à l’hôpital de Ghor, la fillette n'aurait pas subi de rapports sexuels. Le bureau des droits des femmes de la région va tenter d'obtenir le divorce et la déchéance des droits parentaux du père.

Selon les Nations unies, dans 46,4% des mariages afghans, la mariée a moins de 18 ans. Une proportion qui pourrait être en fait beaucoup plus élevée, parce que notamment dans les zones rurales, beaucoup de mariages sont uniquement célébrés religieusement, échappant ainsi aux statistiques officielles. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales