Le Conseil de Sécurité de l’ONU vote le déploiement d’une force de police au Burundi

Le représentant français au Conseil de Sécurité, François Delattre, s'est réjoui de la décision© Andrew Kelly Source: Reuters
Le représentant français au Conseil de Sécurité, François Delattre, s'est réjoui de la décision

Avec la volonté de mettre un terme à plus d’un an de conflit dans le pays ouest-africain, le Conseil de sécurité a décidé de déployer une force de police des Nations unies, sur une résolution proposée par la France.

La résolution a été adoptée le 29 juillet, autorisant le déploiement de quelque 228 officiers de police dans la capitale Bujumbura et dans le reste du Burundi pour une durée d’un an, renouvelable.

Le texte appelle le Secrétaire général de l’organisation, Ban Ki-moon, à s’assurer du «déploiement progressif» de la force afin que celle-ci empêche les violations des droits de l’Homme au Burundi.

«C’est un acte fort de diplomatie préventive», s’est réjoui l’ambassadeur de la France au Conseil de Sécurité François Delattre.

De son côté, le gouvernement burundais avait pourtant fait savoir qu’il n’accepterait pas plus de 50 policiers d’une éventuelle force de l’ONU.

Outre 11 votes favorables, la Chine, le Venezuela, l’Egypte et l’Angola se sont tous les quatre abstenus de donner leur voix, assurant qu’il fallait d’abord s’assurer du consentement des autorités burundaises avant de déployer la force.

Le Burundi est plongé dans le chaos depuis que le président Pierre Nkurunziza a annoncé, en avril 2015, son intention de concourir à un troisième mandat, qu’il a finalement remporté.

Depuis lors, plus de 500 personnes ont été tuées, un rapport de l’ONU blâmant la police burundaise et d’autres milices liées au parti au pouvoir. 270 000 autres ont fui le pays.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales