Coup d'Etat en Turquie : les chasseurs des putschistes auraient eu Erdogan dans leur ligne de mire

© Yagiz Karahan Source: Reuters

Alors que le président turc se rendait à Istanbul dans la nuit du 15 au 16 juillet pour rassurer ses compatriotes face à la tentative de coup d'Etat militaire, deux avions de chasse putschistes auraient eu l'opportunité de tirer sur son avion.

«Au moins deux F-16 ont harcelé l'avion d'Erdogan alors que celui-ci volait en direction d'Istanbul», a fait savoir à l'agence Reuters un ancien officier militaire turc, qui détiendrait des informations confidentielles sur le sujet. «[Ces avions] ont verrouillé leurs radars sur l'avion [d'Erdogan] et sur deux autres F-16 qui protégeaient celui-ci», a-t-il ajouté.

Cette joute aérienne aurait eu lieu dans la nuit du vendredi 15 au samedi 16 juillet, alors qu'une partie de l'armée turque tentait de prendre le pouvoir par la force, après avoir déclaré la loi martiale et le couvre-feu dans le pays, bombardé le Parlement et bloqué les principales voies d'accès à Ankara et Istanbul.

Un haut responsable turc a confirmé à Reuters que deux F-16 contrôlés par des putschistes avaient manœuvré autour de l'avion transportant le président. Un autre haut responsable a confié à l'agence que le jet présidentiel avait rencontré «des problèmes dans le ciel»... sans ajouter plus de détails.

Parti de la station balnéaire de Marmaris, dans le sud-ouest de la Turquie, où il se trouvait jusqu'alors en vacances, le président turc Recep Tayyip Erdogan est parvenu à atteindre sain et sauf l'aéroport d'Istanbul samedi, aux alentours de 2h30 du matin, sous les acclamations d'une foule de partisans.

Selon Erdogan, les putschistes auraient tenté de le tuer à la station balnéaire de Marmaris

Par la suite, le chef d'Etat turc a affirmé que les putschistes avaient tenté de l'attaquer alors qu'il quittait Marmaris, et que l'hôtel de la station balnéaire où il avait résidé avait été bombardé peu après son envol vers Istanbul. La chaîne CNN Turk, de son côté, a rapporté qu'environ 25 soldats rebelles étaient arrivés en hélicoptère à l'hôtel en question, juste après le départ d'Erdogan, cherchant à le capturer.

Les aviateurs putschistes ont-ils sciemment épargné l'avion du chef d'Etat, qu'ils tentaient pourtant de renverser ? Avaient-ils reçu l'ordre de leurs supérieurs de ne pas attaquer ? «La raison pour laquelle ils n'ont pas ouvert le feu reste un mystère», avoue l'officier militaire cité par Reuters.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales