Les dissidents iraniens se rassemblent à Paris : colère de Téhéran

En 2009, l'Union européenne avait retiré l'OMPI de la liste des organisations terroristes, ce qui avait déjà provoqué la colère de Téhéran. © Morteza Nikoubazl Source: Reuters
En 2009, l'Union européenne avait retiré l'OMPI de la liste des organisations terroristes, ce qui avait déjà provoqué la colère de Téhéran.

Téhéran a convoqué l'ambassadeur de France en Iran le 12 juillet pour lui faire part de son mécontentement, en réaction à une réunion tenue à Paris par une organisation de dissidents armés qui réclament le renversement de la République islamique.

L'ambassadeur Bruno Foucher a été reçu par le président iranien Hassan Rohani pour s'expliquer quant au rassemblement du Conseil national de la Résistance iranienne, l'aile politique de l'organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI) qui s'est tenu à Paris.

L'OMPI est un groupe ayant mené une lutte armée contre le gouvernement iranien après la révolution islamique de 1979, lutte en conséquence de laquelle plusieurs dizaines de hauts fonctionnaires avaient été assassinés. 

Après avoir bénéficié de l'appui de Sadam Hussein durant la guerre entre l'Iran et l'Irak dans les années 1980, l'organisation a perdu tout soutien émanant de Bagdad avec l'invasion américaine de l'Irak en 2003.

«Ce rassemblement tenu par ceux dont les mains sont tachées du le sang du peuple iranien [...] est inacceptable», a déclaré Abolghassem Delfi , directeur du département de l'Europe de l'Ouest au ministère des Affaires étrangères d'Iran, cité par l'agence IRNA.

Le rassemblement de Paris a été soutenu par le prince Turki al-Faisal, ancien chef des services de renseignement de l'Arabie Saoudite, qui a ouvertement soutenu la lutte de l'OMPI contre le gouvernement iranien. 

Téhéran et Riyad entretiennent une rivalité de longue date aux niveaux politique et religieux, l'Iran étant le bastion de l'islam chiite et l'Arabie saoudite de l'islam sunnite.  

En 2009, l'Union européenne avait retiré l'OMPI de la liste des organisations terroristes, ce qui avait déjà provoqué la colère de Téhéran. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales