Irak : 35 morts et plus de 60 blessés dans une attaque de Daesh contre un mausolée chiite

© Capture d'écran, Google maps

Au moins 35 personnes sont mortes dans des attaques suicides coordonnées contre un mausolée chiite au nord de Bagdad dans la nuit de jeudi à vendredi, quelques jours après l'un des pires attentats qui aient frappé l'Irak.

Un des terroristes qui visaient ce lieu sain chiite, situé à 80 kilomètres au nord de la capitale irakienne, a activé vers 23h (heure locale) sa ceinture explosive près d'agents de police gardant la porte extérieure du mausolée Sayed Mohamed, à Balad.

Un autre kamikaze s'est introduit à l’intérieur du sanctuaire alors que des hommes armés ouvraient le feu sur le personnel de sécurité dans la zone. Il s’est fait exploser au milieu de la foule qui célébrait la fête de l'Aïd-el-Fitr, qui marque la fin du Ramadan.

Les forces de sécurité ont heureusement réussi à neutraliser le troisième agresseur avant qu’il ne se fasse exploser. Selon l’agence d’information Reuters, le site a aussi essuyé des tirs de roquettes lors de ces attaques qui ont été revendiquées par Daesh.

Selon des rapports préliminaires, il y aurait pour l'heure au moins 35 morts. Le nombre de blessés qui s’élevaient initialement à 50 a atteint 65, rapportent les médias irakiens. D’après certaines informations, trois kamikazes ont été arrêtés et deux ceintures qui n’ont pas été actionnées ont été découvertes.

Cette attaque à Balad intervient quelques jours après un attentat au minibus piégé à Bagdad, qui a fait près de 300 morts. Daesh a revendiqué cet attentat, l'un des plus meurtriers qui aient secoué l'Irak.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales