Réunion alternative sur le Brexit en Pologne sans les fondateurs de l'UE ?

Source: Reuters

Au lendemain de la réunion des pays fondateurs de l’UE, les autorités polonaises auraient annoncé leur intention d’organiser un «déjeuner anti-crise» pour les membres de l’UE qui n’ont pas été invités à Berlin le 25 juin.

D’après les révélations du journal polonais Dziennik Gazeta Prawna, le ministère des Affaires étrangères polonais a envoyé des invitations aux ambassades des pays membres de l'UE pour un «déjeuner anti-crise» qui aurait lieu dans les plus courts délais. Mais les représentants des six pays fondateurs de l’UE qui ont participé le 25 juin à la réunion anticrise qui s'est tenue à Berlin n'auraient pas été invités.

«Nous devons décider comment l’UE fonctionnera dans une situation de Brexit et discuter du modèle des négociations avec le Royaume-Uni», a déclaré le chef de la diplomatie polonaise, Witold Waszczykowski, cité par le journal Dziennik Gazeta Prawna.

«Nous sommes persuadés qu’il ne faut pas se dépêcher. Avant que le Royaume-Uni ne quitte l’UE, nous le traitons comme un membre à part entière», a-t-il poursuivi, faisant référence aux déclarations de ses homologues européens qui avaient demandé à Londres d’entamer des négociations sur le Brexit «le plus vite possible».

Lire aussi : Jean-Claude Juncker : «Le Brexit n'est pas un divorce à l'amiable»

Le 25 juin, les ministres des affaires étrangères des six pays fondateurs de l’UE – la France, l’Allemagne, l’Italie, les Pays-Bas et le Luxembourg – se sont réunis à Berlin, pour discuter du futur de l’Union. Certains membres de l’UE qui n’y ont pas été invités, comme la Pologne, avaient exprimé leur mécontentement. Le sommet européen, prévu de longue date, aura lieu les 28 et 29 juin à Bruxelles.  

Lire aussi : «Dehors c’est dehors !» : cinq menaces de dirigeants qui ont échoué contre le Brexit

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales