Un train ultra rapide Hyperloop à Moscou, la réalisation d’un rêve de science-fiction

Un train ultra rapide Hyperloop à Moscou, la réalisation d’un rêve de science-fiction
Suivez RT France surTelegram

Moscou a signé un accord avec l’entreprise Hyperloop One, basée à Los Angeles, pour explorer la mise en place sur son territoire d’un système de transport futuriste à grande vitesse, connu sous le nom d’Hyperloop.

«Hyperloop peut drastiquement améliorer la vie de 16 millions de personnes dans la zone du grand Moscou, réduisant leurs déplacements à une infime proportion de ce qu'ils sont aujourd’hui», a expliqué Shervin Pishevar, cité par l’agence d’information Reuters.

Un train ultra rapide Hyperloop à Moscou, la réalisation d’un rêve de science-fiction© Capture d'écran, hyperloop-one.com

Le système d’Hyperloop consiste en un tube à basse pression avec des capsules, transportées à faible et grande vitesse sur la longueur du tube, jusqu’à la vitesse de 1 220 km/h.

Un tel projet devient économiquement viable pour des distances supérieures à 1 500 kilomètres, d’où l’intérêt de la Russie, pays s’étendant sur onze fuseaux horaires et où les distances entre certaines de ses villes sont considérables.

Outre le projet de création d’une artère ultra-rapide dans la région moscovite, Hyperloop s’apprête à construire une nouvelle «route de la soie», traversant toute la Russie pour acheminer des marchandises de Chine vers l’Europe en une journée, a fait savoir Shervin Pishevar, le fondateur de la société. Ces projets à long terme seront menés dans le cadre d’une coopération entre la Russie et l’entreprise américaine.

Le responsable exécutif d’Hyperloop One, Rob Lloyd, a fait savoir qu’il n’était pas clair combien coûterait la construction d’un tel système de transport à Moscou, ajoutant qu’il ne voyagerait probablement pas à sa vitesse maximale dans une zone métropolitaine comme celle de la capitale russe. Quant à une date de mise en circulation, Rob Lloyd a estimé que le système sera capable de transporter des marchandises dès 2019 et des passagers à partir de 2021.

La semaine dernière, un protocole d’entente a été signé au forum économique international de Saint-Pétersbourg par Hyperloop One et l’entreprise russe de développement d’infrastructures de transport Summa Group. Le président Vladimir Poutine a lui-même rencontré Shervin Pishevar et exprimé tout son soutien à ce projet d’investissement privé.

Le concept Hyperloop est né en 2013 de l’imagination féconde du directeur général de Tesla Motors, Elon Musk, qui envisageait un moyen de transport pour relier Los Angeles à San Francisco en 30 minutes.

Pour l’instant, aucun Hyperloop opérationnel n’existe dans le monde et les plus sceptiques s’interrogent si cette technologie réussira véritablement à faire le grand saut entre la science-fiction et la réalité.

Plus tôt dans l’année, la compagnie française des chemins de fer (SNCF) a investi dans l'une des startups américaines qui travaillent sur le projet Hyperloop. Cependant, la compagnie française n'a pas précisé le montant exact du financement apporté, indiquant juste qu'il faisait partie d'une levée de fonds de 80 millions de dollars, à laquelle ont également participé neuf autres investisseurs.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix