Un criminel de guerre somalien travaille comme garde de sécurité dans un aéroport américain

Yousouf Abdi Ali dans l'aéroport de Washington-Dulles © Capture d'écran du site CNN.com
Yousouf Abdi Ali dans l'aéroport de Washington-Dulles

Un homme accusé d’avoir commis des crimes de guerre en Somalie travaille à l’aéroport national de Washington-Dulles depuis six ans, rapporte la chaîne de télévision CNN.

Le Somalien Yousouf Abdi Ali vit une vie normale près de Washington depuis environ 20 ans. Mais dans les années 1980, il était commandant militaire pendant la féroce guerre civile somalienne et aurait commis des atrocités contre la communauté Isaaq. Le clan Isaaq avait été sauvagement réprimé et brutalisé par les troupes gouvernementales.

Quand le régime de Mohamed Siad Barre s’est effondré, Yousouf a déménagé au Canada d’où il a été expulsé quelques années plus tard, après la diffusion par la chaîne CBC d’un documentaire sur ses crimes de guerre en Somalie.

Puis Yousouf s’est installé aux Etats-Unis où il a obtenu un visa grâce à sa femme qui avait obtenu la citoyenneté américaine, en clamant qu’elle appartenait au clan Isaaq persécuté.

A l’heure actuelle, Yousouf a été placé en congé administratif et est poursuivit dans une cour civile aux Etats-Unis. La poursuite le qualifie de criminel de guerre qui a commis «des crimes contre l’humanité».

Kathy Roberts, un avocat du Centre pour la justice et la responsabilité, qui mène la poursuite affirme que Yousouf a surveillé «la violence la plus incroyable que l’on peut imaginer». «Il a harcelé des gens personnellement, surveillé les tortures», a-t-elle déclaré en ajoutant que le Somalien était responsable directement pour cette violence. «Il a arrêté des gens, volé leurs biens, brûlé des villages, exécuté de nombreuses personnes», raconte Kathy Roberts.

Lire aussi : Les criminels de guerre contre les crimes de guerre

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales