77% des Allemands reprochent à Angela Merkel son soutien à Recep Tayyip Erdogan

77% des Allemands reprochent à Angela Merkel son soutien à Recep Tayyip Erdogan Source: Reuters
Suivez RT France surTelegram

D’après un sondage publié par Stern-RTL, la majorité des Allemands veulent que leur chancelière réponde au président turc et cesse d’accéder à toutes ses demandes, même si l’accord migratoire en dépend.

Le parti d’Angela Merkel, la CDU, continue à perdre en popularité. Le dernier sondage publié par Stern-RTL a montré une baisse importante de 8,5% du nombre de ses partisans. La principale raison principale de cette dégradation ? C’est le soutien qu’elle apporte au président turc Recep Tayyip Erdogan pour que ce dernier ne mette pas un terme anticipé à l’accord migratoire signé entre l’UE et la Turquie.

77% des personnes interrogées ne cautionnent pas l’attitude de la chancelière à l’égard de la Turquie, précisant qu’elles préféraient la voir s'opposer aux caprices d’Ankara, même si cela devait hypothéquer l’accord migratoire. 

En vertu de cet accord, signé le 18 mars, Ankara s'est engagé à accepter le retour sur son sol de tous les migrants partis depuis son territoire et entrés illégalement en Grèce à partir du 20 mars 2016. L’accord prévoit en outre que pour chaque réfugié syrien renvoyé en Turquie, un autre doit être «réinstallé» dans un pays européen, dans la limite de 72 000. En contrepartie, Bruxelles doit fournir à Ankara jusqu'à 6 milliards d'euros dédiés à la gestion des réfugiés ; relancer les discussions sur l'intégration de la Turquie au sein de l'UE et accélérer le processus de libéralisation du régime de visas pour les Turcs qui souhaitent se rendre dans l'Union européenne. De leur côté, les autorités turques menacent souvent l’UE de rompre cet engagement si la porte de l’Europe leur reste fermée.

Lire aussi : David Cameron : «Il faudra attendre l'an 3000 pour voir la Turquie adhérer à l'Union européenne»

En mai, la Commission européenne a dressé un rapport remettant en question la pertinence de supprimer l’obligation faite aux citoyens turcs de disposer d’un visa pour pouvoir se rendre en Europe, au motif que cela pourrait augmenter considérablement le risque d'attaques terroristes sur le Vieux Continent.

«On peut s’attendre à ce que, dès que les citoyens turcs seront exemptés de visa pour entrer dans l’UE, des étrangers essayeront d’obtenir un passeport turc afin de se faire passer pour des citoyens turcs et d’entrer ainsi dans l’UE sans contrôle», lit-on dans le rapport de la Commission européenne, cité par le quotidien britannique The Telegraph.

En savoir plus : Commission européenne : l’exemption de visa pour les Turcs pourrait amener des terroristes en UE

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix