L’écologiste Alexander Van der Bellen élu à la présidence de l'Autriche

L’écologiste Alexander Van der Bellen élu à la présidence de l'Autriche Source: Reuters

Après une long finish au coude-à-coude, le candidat écologiste a finalement battu son rival d'extrême droite avec une marge infime : 50,2% des voix.

Le 22 mai s’est achevé le second tour de scrutin des élections présidentielles. Le lendemain, à l’issue du dépouillement des bulletins des 900 000 Autrichiens qui ont voté par correspondance, Alexander Van der Bellen a recueilli 50,2% des suffrages, accédant ainsi au poste de président. La participation, estimée à plus de 70%, était en hausse par rapport au premier tour du 24 avril.

Le président autrichien, élu pour six ans, ne participe pas à la gestion quotidienne du pays mais il dispose de pouvoirs formels étendus, notamment ceux de nommer le chancelier et de dissoudre le Parlement.

Alexander Van der Bellen, 72 ans, est un professeur d‘économie à la retraite, issu d'une famille russo-estonienne. Il a grandi aux confins de l'Autriche et de l'Italie, dans la province frontalière du Tyrol. 

La question migratoire a été au centre de la campagne présidentielle autrichienne. Le pays de 8,5 millions d'habitants a accueilli 90 000 demandeurs d'asile, soit l’équivalent de près de 1% de sa population en 2015, dans le cadre de la crise migratoire la plus grave que connaît l’Europe depuis la Seconde Guerre mondiale. Lors de sa campagne électorale Alexander Van der Bellen a martelé son concept de société «ouverte et multiculturelle».

Lire aussi : Election présidentielle autrichienne : le vote par correspondance révélera le nom du vainqueur

En ce qui concerne son opposant, le candidat d’extrême droite Norbert Hofer, ce dernier a reconnu sa défaite sur Facebook où il a posté que c’était «un jour triste» et qu’il aurait «servi de président à l’Autriche avec plaisir».

La semaine dernière, il avait déjà averti ses partisans qu’en cas de défaite, il se représenterait dans six ans, lors de la prochaine élection s'il n'était pas élu en 2016. «Ça vaut le coup de ne pas abandonner», avait-t-il lancé à ses supporters.

Pourtant, le secrétaire général du parti d’extrême droit FPÖ a déclaré son intention de saisir la justice s’il trouvait des preuves d’irrégularités dans le dépouillement des votes.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»