Attentats de Paris : Salah Abdeslam sur Facebook avec un drapeau de l'EI avant les attaques

- Avec AFP

Source: AP

Selon des informations révélées par la RTBF, trois semaines avant les attentats de Paris, le terroriste Salah Abdeslam s'affichait sur les réseaux sociaux avec le drapeau de l'Etat islamique.

Salah Abdeslam ne faisait pas mystère de ses convictions sur les réseaux sociaux. Le 17 mai, la radio Belge RTBFrévèle que trois semaines avant les attentats de Paris auxquels il a pris part, Salah Abdelslam s'affichait fièrement sur Facebook avec le drapeau noir de l'Etat Islamique. Les autorités auraient-elles négligé des indices aussi ostentatoires à l'époque ?

L'information n'aurait apparemment pas échappée à l'OCAM (Organe de coordination pour l'analyse de la menace), organisme belge chargé de surveiller les mouvements terroristes et extrémistes, notamment sur internet. Mais ce signalement n'a provoqué aucune réaction de la part des services de renseignements belges, français, ou de la part de la justice.

Sur sa page Facebook, le djihadiste posait avec le drapeau de Daesh et son ami Abdelhamid Abaaoud, lui aussi impliqué dans les attentats de Paris. Un faisceau d'indices de radicalisation particulièrement visibles, mais qui, de toute évidence, n'ont pas suffi pour que les deux terroristes soient repérés et interceptés à temps. 

Les informations s'étaient accumulées dans les mois et semaines précédant les attentats. Dès janvier 2015, un informateur de la police de Molenbeek avait signalé les deux individus et leurs liens avec d'autres réseaux islamistes belges. Dans les mois suivants, Salah Abdelslam avait multiplié les voyages en Europe avec des automobiles louées, acheminant ses futurs complices. Un ensemble de signaux d'alarmes qui, à l'époque, n'avait pas été pris en compte de manière sérieuse par ni par les autorités françaises ni par leurs homologues belges.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales