Les Européens collectent des signatures pour contester les résultats de l’Eurovision

Les Européens collectent des signatures pour contester les résultats de l’Eurovision Source: Reuters

Deux jours après la fameuse compétition musicale européenne, ses résultats restent controversés. Sur le site Change.org, plusieurs pétitions mettent en doute l’honnêteté du décompte des voix.

La pétition d’un résident de Erevan, Artour Oganessian, dont le but est de faire recompter les votes attribués lors du concours, recueille de plus en plus de signatures en Europe et notamment en France, au Royaume-Uni, en Espagne, en Autriche, en Serbie et en Suisse. A l’heure de la publication de cet article, la pétition compte déjà plus de 350 000 signatures.

«Nous comprenons que les votes du jury et des spectateurs constituent un processus difficile et relèvent de l’émotionnel mais le nombre de signatures montre que beaucoup d’entre nous sont convaincus que cette année, la compétition a été remportée par une personne qui n’aurait pas dû la gagner», lit-on dans le message d’Artour Oganessian.

Lire aussi : Danse (nu) avec les loups, l'Eurovision va-t-elle autoriser la «performance» du bélarusse ? (VIDEO)

Malgré plus de 350 000 signatures, l’Union européenne de radio-télévision (UER) a déclaré qu’elle n’avait pas l'intention de revoir les résultats.

«Que vous soyez d'accord ou non, nous appelons ceux qui ont signé la pétition à accepter les résultats actuels et de continuer un dialogue constructif pour l’amélioration de l’Eurovision», a expliqué à l’agence de presse RIA Novosti Paul Jordan, responsable des relations presse de l’organisation.

Artour Oganessian n’est pas la seule personne à contester ouvertement avec les résultats du concours Eurovision de la chanson 2016. Un Espagnol, Cristian Garrido, a lui aussi lancé une pétition où il appelait ses compatriotes à boycotter la compétition musicale en 2017. D’après lui, la finale à Stockholm ressemblait plus à une mascarade, les résultats ne faisant que révéler des intérêts politiques.

«L’Espagne ne doit pas y participer, au moins en 2017, afin que tout le monde comprenne à quel point nous sommes indignés», a-t-il poursuivi.  

Les internautes allemands, sur le portail OpenPetition, ont aussi appelé à suspendre la participation de l’Allemagne à ce concours, cette compétition, d’après eux, «ne reflèt[ant] que des tendances politiques».

Lire aussi : Suède : un violent incendie éclate à quelques kilomètres de l'Eurovision à Stockolm (PHOTOS)

En ce qui concerne la France, une récolte de signatures a commencé pour demander le licenciement de Marianne James, la présentatrice qui a commenté le concours sur la chaîne de télévision France 2, son comportement ayant été jugé «vulgaire et insultant, notamment envers la Russie et son président Vladimir Poutine», d’après l’auteur de la pétition.

«Aujourd’hui, tout le monde parle et comprend le globish, c’est-à-dire l’anglais, est-ce la faute de l’Eurovision ? Même le candidat russe chante en anglais ! Pourtant Dieu sait qu’il est fier Poutine !», a-elle raillé en direct.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»