Israël détient un clown palestinien sans procès depuis des mois malgré les appels à le libérer

Mohammad Abou Sakha © palcircus.ps
Mohammad Abou Sakha

Un clown de l’école de cirque palestinienne de Cisjordanie est détenu sans procès par Israël depuis plus de cinq mois. Mohammed Abou Sakha a aidé des enfants handicapés avant d’être arrêté par des militaires israéliens sans avoir jamais été inculpé.

Mouhammad, neuf ans, a perdu son ami. Le clown l’avait aidé et s’était occupé de lui, mais le garçon ne l’a pas vu depuis la mi-décembre dernier. «Quand il est avec moi, je sens qu’il n’y a aucune différence entre moi et d’autres enfants. Quand je tenais debout et que je tombais, il marchait derrière moi et me tenait», a confié l’enfant à la correspondante de RT, Paula Slier.

Comme de nombreux autres enfants qui se rendent à l’école de cirque palestinienne, Mouhammad est handicapé. Mohammed Abou Sakha, 24 ans, faisait tout son possible pour améliorer le quotidien de ce jeune garçon.

La mère de Mouhammad, Amal Barghouti, s’est aussi aperçue d’un changement dans le comportement de son fils depuis l’arrestation de Mohammed Abou Sakha. Le clown faisait faire à son fils lors de balades en moto, lui avait appris à marcher mais depuis que ces loisirs ont pris fin, la mère déplore le ralentissement du développement de son fils.

«Mohammed Abou Sakha était un frère et un ami pour mon fils Mouhammad. Il avait une grande influence sur sa vie et lui enseignait à être plus fort dans sa tête. Dès qu’il a été emprisonné, sa vie [celle de Mouhammad] a fait marche arrière», a confié la mère désespérée à RT.

De quoi Mohammed Abou Sakha est-il coupable?

Les malheurs de Mohammed Abou Sakha ont commencé le 14 décembre lorsqu’il a été arrêté alors qu’il se rendait à son travail en Cisjordanie, à Birzeit près de Ramallah. Il a ensuite été placé dans la prison de Megiddo, dans le nord d’Israël, avant d’être mis en détention administrative pendant six mois, le 25 décembre.

Le jeune homme a été arrêté par des membres du Shin Bet, l’agence israélienne de renseignement, qui pense que ce clown est lié au Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) qu’Israël qualifie d’organisation extrémiste. L’école de cirque palestinienne dément pour sa part que Mohammed Abou Sakha soit relié à des groupes terroristes et a déclaré que sa vie était «dédiée au cirque» et que son seul crime était «de rendre des enfants heureux».

Comme son nom l’indique, la mission de l’école de cirque palestinienne est de former des enfants et de jeunes Palestiniens à l’art du cirque et par ce biais, de «renforcer le potentiel social, créatif et physique des Palestiniens», indique le site de l’école.

Le 13 mai, un panel de l’ONU a critiqué Israël pour la mise en détention administrative de suspects palestiniens. Ces détentions peuvent durer «pendant des mois ou même des années» sans que personne ne puisse accéder à ces détenus, a déclaré le co-président danois de ce panel, Jens Modvig.

Mohammed Abou Sakha est l’un des 700 Palestiniens qui sont en détention administrative en Israël. L’Etat hébreu justifie ces mesures par le fait que ce sont des mesures préventives qui ont pour but d’empêcher les Palestiniens d’attaquer des Israéliens.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales