La Russie au menu ? Obama réunit cinq leaders scandinaves pour un sommet à Washington

La chef de la Maison Blanche Susie Morrison tient un dessert représentant un bateau de pêche confectionné à l’occasion d’un dîner d'Etat organisé en l'honneur des pays nordiques, 12 mai 2016 Source: Reuters
La chef de la Maison Blanche Susie Morrison tient un dessert représentant un bateau de pêche confectionné à l’occasion d’un dîner d'Etat organisé en l'honneur des pays nordiques, 12 mai 2016

Le président américain a accueilli les chefs d’Etat de cinq pays nordiques à Washington. Tandis que les responsables interrogés sont restés vagues concernant l’ordre du jour, le renforcement de l’OTAN en Europe et la Russie seront largement évoqués.

Les leaders du Danemark, de la Finlande, de l’Islande, de la Norvège et de la Suède se sont rendus aux Etats-Unis vendredi en visite officielle. 

Selon la Maison Blanche, Barack Obama et ses invités discuteront d’«un éventail de questions, y compris la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme fanatique, la protection de l’environnement, la coordination des questions liées à l’Arctique, l’avancée du développement durable, l’amélioration de la sécurité nucléaire, la fourniture d'assistance humanitaire et le règlement de la migration et de la crise des réfugiés d'une manière humaine et ordonnée».

Activités de défense en Scandinavie

Le cas de la Russie et de ses relations avec l’OTAN risque très probablement d’être abordé. Trois des cinq pays nordiques sont déjà membres de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord, tandis que la Suède et la Finlande sont des partenaires proches de l'alliance, mais leurs populations sont divisées quant à la possibilité d’une pleine adhésion.

«C'est une manière de souligner que les États-Unis sont profondément engagés lorsqu’il s’agit de la sécurité de la région et nous discuterons activement de quelles mesures peuvent être entreprises pour améliorer la situation», a confié Charles Kupchan, le directeur des Affaires européennes au Conseil de sécurité nationale des Etats-Unis.

La Suède et l'OTAN

Lire aussi : Exercices de l'OTAN, une tentative de Washington de montrer être prêt à une guerre contre la Russie

L'OTAN insiste sur une présence accrue dans certaines parties d'Europe près des frontières russes, prétendant que Moscou pose une menace militaire directe à ses voisins. Un sentiment antirusse s’est développé ces derniers temps dans certains pays nordiques.

En Suède, la marine a lancé une longue et vaine chasse à un sous-marin espion russe en 2014. L'année dernière, le chef de l’armée suédoise a indiqué aux militaires lors d’un rassemblement important qu'ils pourraient se retrouver dans une guerre contre la Russie d’ici quelques années.

En Norvège, les militaires ont repris une pratique de l'ère de la guerre froide consistant à stocker des chars et du matériel dans une série de grottes – pour parer à toute éventualité en cas de guerre continentale. Le pays a aussi accueilli des entraînements militaires cette année, dont l’un des plus importants depuis la fin de la Guerre froide, tenu près de la frontière russe. 

La position des Suédois
La position des Suédois

Moscou estime de son côté que l’OTAN se veut alarmiste afin de justifier la hausse des dépenses de défense par ses membres européens et l’expansion de sa présence dans la région. La dernière réponse à cette activité de la part de la Russie a été le renforcement de ses troupes à sa frontière occidentale. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales