De quoi un terroriste de Daesh peut-il avoir besoin ? Les bagages de sa femme donnent un aperçu

De quoi un terroriste de Daesh peut-il avoir besoin ? Les bagages de sa femme donnent un aperçu© NSW District Court
Suivez RT France surTelegram

Les désirs des combattants de l’Etat islamique n’ont rien d’exceptionnel, comme le prouve le contenu de la valise de la femme d’un djihadiste arrêtée en Australie. Elle essayait de se rendre en Syrie pour ravitailler son mari.

Des sous-vêtements thermiques, des chargeurs solaires, des médicaments, des chaussures de randonnée, un insecticide, des montres et une somme de 10 000 dollars australiens. C’est ce que les douaniers ont retrouvé dans le bagage de la femme d’un combattant de Daesh que cette dernière essayait de lui apporter en Syrie. Fatima Elomar, 31 ans, a été arrêtée en mai 2014 à l’aéroport de Brisbane en Australie alors qu’elle partait pour la Syrie via la Malaisie avec ses quatre enfants. Elle affirmait aller en Asie pour les vacances avec sa famille. Mais l’examen du contenu de son bagage a révélé la présence du certificat de naissance de son mari, Mohamed Elomar, combattant de Daesh tué lors d’une frappe de drone en juin 2015 à Raqqa en Syrie, selon les autorités.

De quoi un terroriste de Daesh peut-il avoir besoin ? Les bagages de sa femme donnent un aperçu© NSW District Court

Mohamed avait envoyé des messages à sa femme, précisant ce dont il avait besoin. Ces messages interceptés par la police ont aidé à traquer Fatima. Dans les textos, son mari avait demandé du cash, des chaussures de randonnée, des sous-vêtements, des montres solaires, un rasoir, des sandales pour enfants et son certificat de naissance. Sa femme a acheté en ligne la plupart des choses contenues dans cette liste. Si les messages montrent que Fatima était prête à faire tout ce que son mari lui demandait, les derniers textos démontrent pourtant qu’elle s’est mise à douter lorsqu’il lui a demandé de le rejoindre avec leurs enfants.

De quoi un terroriste de Daesh peut-il avoir besoin ? Les bagages de sa femme donnent un aperçu© NSW District Court

Fatima est la première femme australienne reconnue coupable de soutenir Daesh, mais elle reste libre d’aller et venir dans les rues en attendant la détermination de la peine qui sera rendue en juillet 2016. Conformément aux lois antiterroristes australiennes, elle risque une peine d’emprisonnement à vie.

Son mari, Mohamed Elomar, est tristement célèbre pour les images dans lesquelles on le voit tenir dans chaque main une tête décapitée. Il a fui l’Australie en 2013 pour rejoindre Daesh en Syrie.

Lire aussi : Canada : des calepins incriminants pour huit jeunes qui voulaient rejoindre le djihad en Syrie

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix