Washington s’inquiète que Moscou lui rafle des contrats militaires sous le nez au Moyen-Orient

Source: Reuters

D’après les révélations du Wall Street Journal, des sénateurs américains précisent que si les Etats-Unis ne commencent pas à livrer des chasseurs au Qatar, au Koweït et au Bahreïn, ces derniers pourraient s’adresser à d’autres, notamment à Moscou.

«Nous comprenons qu’il faut étudier attentivement les contrats mais la décision finale a été trop longtemps différée. Le refus de leur livrer des chasseurs ne les empêchera pas de les acheter aux vendeurs étrangers, notamment à la Russie. […] Les Etats-Unis ne doivent pas céder sur la possibilité d’élargir leur zone d'influence au Moyen-Orient et d’y installer leur domination industrielle sur leurs rivaux ou adversaires», lit-on dans une lettre envoyée par les sénateurs John McCain, Bob Corker, Jack Reed et Claire McCaskill à l’administration présidentielle qui a été révélée par les journalistes du Wall Street Journal. 

Il s’agit de la livraison de 60 chasseurs F-15, F/A-18E/F Super Hornet et F-35 aux autorités qataries, koweïtiennes et bahreïniennes dont on parle depuis 2015. Pourtant, Washington avait été contraint de différer la discussion des contrats car Israël prétendait que ces avions militaires pourraient être utilisés contre l'Etat hébreu.

D’après les sénateurs, le président américain avait déjà manqué l’occasion d’adopter le contrat lors de la rencontre du 21 avril avec les chefs du Conseil de coopération du Golfe qui a eu lieu à Ryad. Comme il ne l’avait pas fait, le Koweït a acheté 28 chasseurs italiens Eurofighter auprès de Finmeccanica. Le montant de la transaction n’a pas été encore précisé mais les chiffres avoisinent les 7 à 8 milliards de dollars.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales